Skip to content →

Coco la critique du film Disney

Sur le papier, Coco sonne comme un médiocrité. C’est une autre confiture Disney/Pixar qui raconte l’histoire fatiguée d’un jeune garçon qui part en voyage (héros) pour découvrir l’importance de la famille. Le thème de la « famille » est aussi vanillé qu’il le faut. Mais la version unique et culturellement spécifique de Coco de ce que cela signifie, c’est-à-dire ce qu’est la famille, les questions réalistes et complexes que toute famille a, l’accent mis sur la mort et ce que cela signifie d’être rappelé une fois que vous êtes parti, dépasse largement ce à quoi vous vous attendez.

Le nouveau film Disney

Coco suit Miguel, un jeune garçon dont le rêve est de devenir un musicien célèbre, contre l’avis de sa famille. La famille Rivera déteste la musique et les musiciens depuis que l’arrière-arrière-arrière-grand-père sans visage et sans nom de Miguel a abandonné sa femme et sa fille, l’arrière-grand-mère de Miguel, Mama Coco, pour une vie sur la route avec sa guitare. Miguel joue en secret, mais une découverte sur l’identité de son ancêtre l’incite à professer son amour de la musique, à l’horreur de sa famille. Il finit par se rendre au Pays des Morts, la vision unique de Coco de l’au-delà, et cherche la bénédiction de son arrière-arrière-arrière-arrière-grand-père.

Ne vous laissez pas berner par l’extérieur sucré de Coco. Oui, c’est un régal visuel, l’esthétique de Pixar à son meilleur. Vous serez envoûté par la façon dont la langue de Dante bouge, les bruits de graisse des bras d’Abuelita qui tapote des mariachis avec ses sandales, et les millions de pétales de souci scintillants qui tourbillonnent et dérivent dans l’air. L’image pittoresque de la culture mexicaine de Coco est séduisante et fantastique, tout en restant fidèle à la vie. Et il en va de même pour ses chansons originales, des riffs accrocheurs et mémorables sur des styles musicaux mexicains familiers que vous risquez de voir siffler quelques jours après avoir quitté le théâtre.

Mais le cœur de Coco est rempli de peurs réelles et d’émotions cruelles. Le film pose des questions qui peuvent susciter une sorte de réponse primitive, des incertitudes sur la mort et l’héritage qui s’enracinent profondément dans votre poitrine pendant que vous regardez. Tout est lié à la Dia de los Muertos – le Jour des Morts – un jour férié mexicain au cours duquel les proches décédés rendraient visite à leurs familles vivantes. Coco fait cuire le tout avec brio, les visuels, la musique, les personnages, l’histoire étonnamment tordue et les thèmes qui forment un repas presque parfait – un repas qui vous fait pleurer ou rire à chaque bouchée.
Le talent vocal, une distribution entièrement latino, est exceptionnel, en particulier Anthony Gonzalez de Miguel, un nouveau venu qui vole le spectacle à chaque fois qu’il ouvre la bouche pour parler ou chanter. Les chansons sont vraiment fantastiques, allant du ludique, comme « Un Poco Loco », à l’énervant « Remember Me », qui joue de façon créative dans tous les grands thèmes de Coco.

La Terre des Morts de Coco

La Terre des Morts de Coco est à couper le souffle, et le film fait un travail impressionnant en établissant toutes ses règles sans s’embourber dans sa propre mythologie. Quand on meurt, on finit avec le même boulot dans l’au-delà. L’idole musicale de Miguel est donc une star encore plus grande, sa famille fabrique toujours des chaussures et Frida Kahlo, qui joue un rôle étonnamment grand et drôle, est une artiste ésotérique mais iconique.

Coco établit très tôt que vos parents décédés ne peuvent rendre visite qu’une fois par an, sur Dia de los Muertos, et seulement si vous avez mis leur photo sur l’ofrenda, un sanctuaire spécial des familles mexicaines érigé pour les vacances. Pas de photo, pas de visite – vous êtes coincés dans la Terre des Morts pendant que tout le monde traverse les ponts de souci et va voir leurs descendants. Plus tard dans le film, il ajoute une autre ride: Si trop d’années passent comme ça, votre vie et vos actes oubliés par les vivants, vous disparaissez même de l’au-delà.

Cela donne un sens concret à l’importance d’être rappelé lorsque vous êtes parti. Il fait des luttes de Miguel avec sa famille – vivant et décédé – plus qu’une histoire de révolte d’un jeune garçon. Il crée des enjeux auxquels les téléspectateurs de tout âge peuvent s’identifier. Les jeunes enfants auront peut-être du mal à se faire à l’idée, mais personne ne veut être oublié. Et la façon dont Coco tisse tout cela ensemble, sans jamais devenir trop capiteux, mais en gardant toujours ces enjeux au premier plan pendant que Miguel poursuit son aventure, est en fait impressionnante.

Le film Coco est beau, hilarant, émouvant et émotionnel d’une manière brute et puissante que peu de films – même les films Pixar – sont capables de capturer. Tout est enveloppé dans la confection réconfortante d’une partition mémorable, d’une animation et d’une direction artistique époustouflantes et d’une histoire légitimement fascinante. Mais au fond, Coco puise dans des choses primaires. Préparez-vous à l’envie pressante d’appeler les membres de votre famille la plus proche quand ce sera fini.

 

Published in Films Walt Disney Studios Animation

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *