Skip to content →

La critique de Pirates of the Caribbean: Dead Men Tell No Tales

La série de longs métrages « Pirates des Caraïbes » est une histoire à succès improbable. Avant la sortie de la première entrée en 2003, le seul film directement inspiré d’un parc à thème était « Tower of Terror » de Disney avec Kirsten Dunst, qui a été réalisé pour la télévision et qui a volé bien loin sous le radar. Mais quand « Pirates des Caraïbes: Malédiction de la Perle Noire » a largement dépassé toutes les attentes, tant au box-office qu’aux yeux des critiques, une nouvelle franchise théâtrale est née.

Quatorze ans et quatre suites plus tard, le dernier épisode « Pirates des Caraïbes: Dead Men Tell No Tales » fait son entrée dans les salles de cinéma cette semaine, et après l’accueil généralement médiocre des fans (bien que les performances financières record) du long-métrage précédent « On Stranger Tides », la cinquième entrée de la saga « Pirates » ressemble un peu à une bouffée d’air frais de la mer.

Un duo de choc : Joachim Rønning et Espen Sandberg

Les nouveaux réalisateurs Joachim Rønning et Espen Sandberg (du drame historique norvégien de 2012 « Kon Tiki ») ont été recrutés par Disney et le producteur Jerry Bruckheimer pour maintenir à flot le navire « Pirates », et ils font un excellent travail pour récupérer le seul ingrédient clé qui manquait à la quatrième entrée: un sens de l’amusement. Une première séquence de braquage de banque dans « Dead Men Tell No Tales » rappelle l’action palpitante (et physique) d’un film « Fast and Furious », mais avec des chevaux au galop et un bâtiment mobile à la place des voitures de sport soupe.

Le lancer, comme c’est généralement le cas dans cette franchise, est rempli de sonneurs, et le capitaine Jack Sparrow de Johnny Depp est toujours un délice étourdissant, stupéfiant et étourdissant. Geoffrey Rush fait également un retour bienvenu pour son cinquième film « Pirates » en tant que Capitaine Hector Barbossa, probablement le personnage le plus stéréotypé de la série, avec une voix grinçante et un pegleg. La nouvelle arrivante Kaya Scodelario (« The Maze Runner ») prend la tête de la course avec Carina Smyth, une nouvelle meneuse de jeu féminine de première classe, un fleuret têtu à la hauteur de ses homologues masculins. Le seul maillon faible de la bande est Brenton Thwaites (« Maleficent ») dont Henry Turner est le centre fade et inintéressant de cette bagatelle cinématographique autrement appétissante.

Henry Turner, naturellement, est le fils de Will Turner (Orlando Bloom), le centre d’intérêt des trois premiers films « Pirates des Caraïbes », qui revient ici pour donner à son héritier une quête cinématographique et disparaît pendant la plus grande partie du temps de course. Javier Bardem, qui incarne également le menaçant capitaine Salazar, un chasseur de pirates non mort qui ne veut rien de plus que se venger de Jack Sparrow pour les événements qui l’ont conduit à sa malédiction cauchemardesque. Bardem a prouvé à plusieurs reprises qu’il peut habilement créer des méchants intéressants, uniques et mémorables (dans le film « No Country for Old Men » de Coen Brothers et dans le film « Skyfall » de 007) et sa performance ici ne fait pas exception.

Salazar – dont le visage pâle, craquelé, blanc fantomatique et dont les cheveux s’écoulent bizarrement comme submergés sous l’eau – sollicite l’aide de Barbossa pour retrouver le moineau sans but, qui est dans un état déprimé après avoir été abandonné par son équipage et avoir abandonné sa boussole personnelle, littéralement et figurativement. Carina et Henry cherchent aussi Sparrow pour leurs propres raisons, et ils sont tous après une équipe mystique appelée le Trident de Poséidon, qui défera chaque malédiction de l’océan – y compris celui affligé Will Turner.

Bien sûr, tout cela est très alambiqué et la mythologie magique de la franchise « Pirates » a toujours eu l’impression d’être inventée au fur et à mesure, mais ce film parvient en quelque sorte à trouver des moyens de rendre l’aventure divertissante à nouveau, comme dans une séquence d’émeutes anarchiques à la pendaison publique ou dans le grand final du fond marin où tous les intéressés se disputent pour prendre possession du trident susmentionné.

Heureusement, malgré l’allusion biblique évidente, il n’ y a rien de trop sérieux ou de trop autoritaire dans « Pirates des Caraïbes: Dead Men Tell No Tales », un film qui s’engage à livrer ce que le public attend de lui: héros courageux, lieux tropicaux luxuriants et aventure fougueuse. Comme dans les chapitres précédents, le design de la production et les concepts de caractère sont fascinants. Les décors humoristiques sont souvent dignes des routines Buster Keaton les plus connues. Et le fait est que tout cela s’accomplit avec beaucoup de plaisir.

Published in Films et Séries aux cinémas

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *