Skip to content →

Peter et Elliott le dragon

Je suis de cette génération qui a grandi avec Elliot, le grand dragon vert animé et son ami Pete, dans mon enfance. C’était clairement de la fantaisie, mais aussi juste assez  » réel  » pour mon cerveau de 8 ans, que Passamaquoddy aurait pu exister et avec lui un dragon invisible quelque part. J’avais très peur que le redémarrage du Dragon de Pete de Disney ne puisse pas reprendre ce sentiment.

Le film Peter et Elliott le dragon

Le réalisateur David Lowery s’est débarrassé de presque tout depuis le premier film (sauf les noms Pete et Elliot et qu’Elliot est un dragon), mais il a réussi à garder le côté juste-cet aspect de la réalité fantastique sentiment de l’original. C’est tout le réalisme qu’il a mis dans le film qui permet à la fantaisie d’une histoire de Disney de fonctionner pour le public d’aujourd’hui. Au lieu d’une comédie musicale, le film de Lowery est presque une pièce d’humeur de film d’art indépendant. Dans l’ère moderne (je suppose que c’est les années 80 parfois, mais c’est relativement intemporel), le film combine les forêts étonnantes et le paysage de la Nouvelle-Zélande (qui se tient debout pour le Pacifique Nord-Ouest) avec un C. G. I. qui réussit encore à avoir une impressionnante physicalité à l’écran. Les animateurs de Disney remplissent Elliot de cœur et de sentiments sans qu’il prononce un mot.

L’histoire suit Pete (joué à 4 ans par Levi Alexander et à 10 ans par Oakes Fegley). Le film commence avec la famille de Pete lors d’un voyage en voiture sur le point de vivre une grande aventure dans la nature sauvage du Pacifique Nord-Ouest. Pete lit son livre préféré, »Elliot se perd », à propos d’un chien, lorsqu’un cerf provoque un accident de voiture qui le laisse seul dans la forêt. Sur le point d’être dévoré par les loups, Pete est secouru par un dragon géant à poils, teinté de vert, ailé et à visage de chien. C’est naturel que Pete l’appelle Elliot.

Le film saute alors 6 ans en avant quand Pete et Elliot ont vécu ensemble dans la forêt sans aucun contact humain. Ils ont construit une vie amusante ensemble, interrompue lorsque Pete rencontre un autre être humain dans la forêt.

Cet humain est Grace (Bryce Dallas Howard), un garde forestier et la fille de M. Meachem (Robert Redford). Meacham joue le rôle de narrateur et le vieil homme fou qui dit qu’il a vu un jour un rôle de dragon aussi. Grace est la fiancée de Jack (Wes Bentley) qui travaille dans l’exploitation forestière et dont le frère Gavin (Karl Urban) est un peu fougueux. En fait, Gavin m’ a fait penser à un autre personnage de Disney, Gaston. Après une rencontre avec Elliot, Gavin décide qu’il doit le capturer et c’est ainsi que commence le véritable conflit du film. Pendant ce temps, Grace ramène Pete en ville dans le but de retrouver sa famille. Quand la vérité est révélée, elle se débat avec quoi faire. Pete, pour sa part, s’attache de plus en plus à ces autres humains et est en conflit entre son amour pour Elliot et son besoin d’être avec une famille.

Ce sont là des thèmes assez significatifs à explorer et le film se passe de presque tout le reste pour s’ y concentrer. Cela fonctionne très bien, compte tenu de la prémisse peu plausible du film. Bien que le film traîne un peu au milieu, et que la sous-utilisation de Robert Redford soit un crime, Elliot lui-même est fantastiquement dépeint. Oakley fait aussi un travail incroyable pour représenter le jeune sauvage qui manque énormément à son ami tout en s’intéressant à tout ce qu’il apprend.

Un dragon plus que réel !

Le choix de l’animation pour faire d’Elliot un gros chien plutôt qu’un dragon niais était un choix formidable. Quand Elliot vole, ses ailes géantes prennent l’air et ses jambes font un mouvement de pagaie de chien. C’est très charmant et presque crédible. Le lien entre Pete et Elliot est également très crédible, donc quand le film le met en conflit, vous ressentez vraiment pour les deux. Au final, je suis fier de doubler le Dragon de Pete, un nouveau classique de Disney. Il prend l’émerveillement enfantin des films familiaux de Disney et les met à jour avec succès dans un monde où CGI peut créer à peu près n’importe quelle expérience. Le film est fantastique, mais c’est pas grave. La force qu’Elliot crée vous permet d’explorer ce dragon métaphorique dans votre vie et comment vous réagiriez s’il apparaissait soudainement dans votre vie.

Le Dragon de Pete’s de Disney ouvre ses portes aujourd’hui aux États-Unis et au Canada…

Published in Films et Séries aux cinémas

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *