Skip to content →

Rebelle de Mark Andrews et Brenda Chapman (2012)

Synopsis : Depuis la nuit des temps, au cœur des terres sauvages et mystérieuses des Highlands d’Ecosse, récits de batailles épiques et légendes mythiques se transmettent de génération en génération. Merida, l’impétueuse fille du roi Fergus et de la reine Elinor, a un problème… Elle est la seule fille au monde à ne pas vouloir devenir princesse ! Maniant l’arc comme personne, Merida refuse de se plier aux règles de la cour et défie une tradition millénaire sacrée aux yeux de tous et particulièrement de sa mère. Dans sa quête de liberté, Merida va involontairement voir se réaliser un vœu bien malheureux et précipiter le royaume dans le chaos. Sa détermination va lui être cruciale pour déjouer cette terrible malédiction.

Le film Rebelle des Studios Pixar

Douzième long-métrage des studios Pixar, Rebelle a la délicate mission de nous faire oublier le semi-incident de Cars 2 l’an passé. Exit les voitures qui parlent, le plus prestigieux des studios du cinéma d’animation nous plongent dans l’Écosse médiévale sur les traces de Mérida, fille du Roi Fergus à la chevelure flamboyante maniant l’arc à la perfection. Refusant d’être considérée comme une simple princesse, Mérida cherche alors tous les moyens possibles pour fuir ses obligations royales. Or, certaines de ses décisions vont mettre en péril son royaume : ce sera alors à la jeune rebelle (!) de prendre son destin en main pour rétablir l’équilibre.

Avec l’annonce du développement d’une histoire de princesse par Pixar, un virage très « Disney-esque » était logiquement à craindre. Et si il est évident qu’il ne faut pas prendre le scénario de Rebelle comme noyau central de l’oeuvre (là où le studio a délivré un nombre incroyables de pépites où l’on prendrait cette direction la tête la première), le film s’en sort tout de même avec les honneurs. C’est en cachant un élément primordial du récit que ce dernier crée malgré tout la surprise, tel une délicieuse sucrerie dont on découvrirait un cœur tendre. Car oui, ce retournement de situation (que je ne dévoilerait sous aucun prétexte!) donne une superbe bouffée d’air frais, amuse, divertit, émeut et apporte une densité narrative que l’on attendait pas forcément. Tout se fait d’une manière convenue certes, mais sans jamais ennuyer ou déranger.

Un très bon film ! Avec la première princesse

Je me souviens défendre Cars 2 l’an passé en mettant en avant ses incroyables qualités esthétiques. Loin de faire du radotage, c’est avec un gigantesque plaisir que l’on peut dire que Rebelle est à ce jour (…jusqu’au prochain film) ce que Pixar a fait de plus beau. Il suffit de la scène d’ouverture pour convaincre : la beauté des paysages écossais et de ses somptueux Highlands est à s’en décrocher la mâchoire, vous voilà prévenus. Le studio américain repousse une nouvelle fois ses limites en chouchoutant nos rétines : chaque élément du film est fait avec une attention si particulière qu’elle en reste toujours déroutante. On croyait avoir tout vu de Pixar mais leur progression technique semble exponentielle à chaque fois et sert à donner l’équilibre parfait entre bonne histoire et images captivantes. Une influence visible des studios Ghibli sur certains aspects graphiques est aussi à signaler pour un ensemble savoureux, sublimissime et riche.

Et quoi de mieux pour nous accompagner dans ce sublime voyage qu’un doublage original d’une finesse impeccable grâce à un casting d’outre-manche qui rajoute un charme indéniable à l’ensemble, avec en tête la voix si scottish de Kelly McDonald (Boardwalk Empire).

La sortie de Rebelle a été accompagnée par certains de l’expression « Pixar is back ». Si cette déclaration est contestable, il est incontestable de dire que Rebelle est une grande réussite. En arrivant à innover dans un enrobage qui semblait trop classique, Brenda Chapman et Mark Andrews ont donné naissance à un nouveau petit bijou de la part du studio d’animation californien qui sait toujours nous stupéfier et nous émerveiller. À l’année prochaine pour notre nouvelle dose de magie donc qui on l’espère sera toute aussi chatoyante, poétique et qui montre encore une fois le talent des grands conteurs que sont les studios Pixar.

Published in Films Walt Disney Studios Animation

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *