Skip to content →

Rogue One: A Star Wars Story

Si vous avez vu « Star Wars: A New Hope », alors vous connaissez l’histoire de « Rogue One: A Star Wars Story », qui est juste là dans les 30 premières secondes alors que la grande copie jaune défilera à l’écran.

le film Disney

Si vous plissez les yeux assez fort, vous pouvez voir les drames les plus passionnants, les plus grincheux et les plus intenses de l’univers de Star Wars contenus dans ces trois phrases. Le metteur en scène Gareth Edwards et l’équipe de tournage ont réussi à faire de ces trois lignes un film d’envergure qui n’est pas seulement digne du nom de Star Wars, mais qui ouvre le genre d’une manière telle que les fans ont maintenant toute une galaxie d’histoires à regarder.

Dès le premier plan, Rogue One est solidement ancré dans l’univers de Star Wars. Il y a des vaisseaux familiers, des troupes de tempête menaçantes, des planètes exotiques lointaines, des créatures extraterrestres, de bonnes batailles contre le mal, et oui, la Force est forte dans ce film (bien qu’il n’ y ait pas de sabre laser avec des Jedi, à moins que vous ne comptiez un certain Seigneur Sith). Mais c’est là que la similitude s’arrête. Là où la trilogie originelle était plus occidentale dans l’espace, Edwards a fait quelque chose de plus grinçant, plus proche d’un film de la Seconde Guerre mondiale comme « Guns of Navarone » ou « Bridge over the River Kwai » Quand nous rencontrons la rébellion, il s’agit encore d’une alliance lâche et fripée qui tente de lutter contre les forces obscures de l’Empire. C’est vraiment une base de guerre. Parfois, l’Alliance Rebelle ne semble même pas capable de prendre une décision, de vaincre les forces du mal. Mais c’est la nature même de la guerre – c’est le combat ou la fuite.

Cela ne veut pas dire que Rogue One n’est pas une aventure spatiale dans l’esprit de Star Wars tel qu’imaginé par George Lucas. La taille et l’échelle du film est définitivement là. Edwards a correctement identifié comment cette histoire devait être racontée d’une manière différente de « The Empire Strikes Back ».

un Star Wars pas comme les autres

Au fond, Rogue One traite de la relation entre un père et sa fille. Bien que l’Empire conscrit l’un et conspire pour traquer l’autre, l’histoire semble à la fois intime et épique. À la fin du film, vous vous souciez tellement des personnages que les choix qu’ils font vous paraissent tellement plus puissants. Outre Galen (Mads Mikkelsen) et Jyn Erso (Felcity Jones), le casting est complété par un ensemble d’acteurs très divers. L’agent de renseignement de l’Alliance Cassian Andor (Diego Luna) s’associe avec Jyn sur cette mission et l’arc de personnage qui le met sur la bonne voie pour la rébellion est crucial pour l’intrigue. Chirrut Imwe (Donnie Yen) est un moine aveugle qui suit un culte des Forces. Il devient le lien le plus direct de l’équipe avec la Force. Imwe est soutenu par Baze Malbus (Jiang Wen) qui apporte beaucoup de puissance de feu à la table avec son armement. Imwe et Malbus ont ensemble quelques-unes des meilleures répliques du film.

Je ne veux pas oublier le K-2SO (avec motion capture et voix interprétée par Alan Tudyk). Comme les droïdes ont tendance à le faire dans les films de Star Wars, il apporte beaucoup de soulagement comique. Mais il y a là une vraie personnalité, en grande partie grâce à la performance de Tudyk. Du côté obscur, le méchant de la route centrale est Orson Krennic (Ben Mendelsohn). Dans sa poursuite unique de la construction d’une arme massive, Krennic poursuit les Erso à travers la galaxie. Sa malveillance n’est dépassée que par ses supérieurs. Oui, Darth Vader est dans le film et il est aussi méchant que tu t’en souviens dans d’autres films de Star Wars. Il n’ y a pas de scène de cantina, bien qu’un groupe rebelle se soit approché de la planque. Mais il y a beaucoup de créatures extraterrestres, réelles et CG, dans le film. Si c’est une des raisons pour lesquelles vous aimez Star Wars, vous ne serez pas déçu par Rogue One.

L’histoire de John Knoll et Gary Whitta, était exactement ce dont l’univers Star Wars avait besoin en ce moment. Chris Weitz et Tony Gilroy ont fait peaufiner le scénario, avec des corrections au troisième acte qui ont vraiment rendu la finale plus solide. Le photographe Greig Frazer s’est associé à John Knoll et à Mohen Leo, des artistes d’effets spéciaux et à Neil Corbould, gourou des effets spéciaux, pour créer un monde totalement crédible. Enfin, les effets créatures fournis par Neal Scanlan s’intègrent parfaitement dans l’univers de Star Wars. Il y a beaucoup d’autres sujets dont je veux parler, mais presque tout cela nécessite de plonger dans des spoilers, que je vais devoir mettre de côté pour un autre examen. En attendant, allez voir « Rogue One: A Star Wars Story », un film de Star Wars grincheux que tout fan va adorer. SAns oublier que très bientôt Star Wars va arriver aussi dans les parcs Disney.

Published in Films et Séries aux cinémas

One Comment

  1. […] N’hésitez pas on passe vraiment un bon moment, bataille, space combats, dialogues, humour tout y est et rien n’est trop long. j’ai eu le sourire toute la diffusion et encore maintenant en écrivant! N’oubliez pas de voir le film Star Wars : Rogue One. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *