13 films d’animation Disney qui n’ont pas eu de succès

Dans sa longue vie de studio d’animation et de société de production cinématographique, Disney a produit de nombreux films d’animation, tant pour le cinéma que pour la vidéo ; bien que l’opinion générale considère les films vidéo comme les “pires” de Disney (bien que pas tous, il doit y en avoir quelques bons).

Ensuite, nous sélectionnerons les 13 films d’animation Disney qui, pour une raison ou une autre, n’ont pas eu de succès.

Les films seront présentés par ordre chronologique afin de ne pas présenter les critères de Jean ; faites-nous savoir dans vos commentaires ce que vous considérez être le pire.

Les Aristochats (1970)

Adapté de l’histoire du même nom par Tom McGowan et Tom Rowe.  Il présente Duquesa, une chatte qui vit avec ses trois petits dans la maison de son propriétaire millionnaire, qui prévoit de leur laisser toute sa fortune quand elle mourra, alors le majordome Edgar décide de kidnapper les chats et de les faire disparaître pour garder leur héritage.  La duchesse se réveille avec ses chiots au milieu de la campagne, où ils sont aidés par O’Malley, un chat errant (ou arrabalero) qui les guide vers la ville.

Le film est considéré comme un classique, mais à l’époque n’a pas eu le meilleur accueil, restant comme “acceptable” à “régulier”.  L’un des principaux inconvénients du film est qu’une grande partie de son contenu et de ses références culturelles sont perdues à cause de la traduction dans une autre langue.

Taram et le Chaudron (1985)

D’après le deuxième livre (du même titre) de la pentalogie “The Chronicles of Prydain”, écrit par Lloyd Alexander entre 1964 et 1968.

Il se concentre sur Taram, un éleveur de cochons qui rêve d’être un chevalier chargé de cacher Hen Wen, un cochon aux pouvoirs divinatoires, car on craint que le méchant roi de la Corne ne le vole, car il cherche le chaudron noir, une relique qui lui permettrait de créer une armée des morts. Hen Wen finit par se faire voler et Taram doit aller à sa recherche et trouver un groupe d’alliés en chemin.

Le film n’a pas eu de succès au box-office et a laissé les fans de Lloyd Alexander insatisfaits parce que, bien qu’il soit beaucoup plus sombre et dramatique pour les paramètres de Disney (surtout de l’époque), son intrigue était très lisse, le rendant trop enfantin.

Basile détective privée (1986)

Basé sur la série de livres pour enfants Basil Baker Street, écrite par Eve Titus entre 1958 et 1982, qui présente les aventures de Basil, un détective souris qui rend hommage à Sherlock Holmes, le détective créé par Arthur Conan Doyle.

Le film présente Basil dans le cas de la recherche d’un fabricant de jouets disparu, qui a été enlevé par le méchant professeur Ratigan pour créer un automate qui imite la reine.

Le film a été bien accueilli par le public et les critiques américains, mais ce n’était pas tellement le cas de la version internationale, en partie parce que l’histoire repose largement sur une connaissance préalable du travail de Doyle pour comprendre bon nombre des références, ce qui a limité le public enfantin auquel elle était destinée.

Oliver & Company (1988)

Basé TRES librement sur le livre Oliver Twist, écrit en 1838 par Charles Dickens.

Suivez les aventures d’Oliver, un chiot orphelin qui est laissé seul dans la ville et est aidé par Dodger, un chien errant qui mène une bande de chiens voleurs et pickpockets pour Fagin, un petit coeur de criminel en or.   Fagin tente de rançonner Oliver d’une famille riche, mais est impliqué dans une tentative d’enlèvement menée par Sykes, un prêteur sur gages sans cœur.

C’était le premier film de Disney aujourd’hui (à l’époque) et malgré son succès au box-office modéré, le film n’est sorti dans les foyers que huit ans plus tard, ce qui a diminué sa popularité dans de nombreux pays, passant assez inaperçue.

Dinosaure (2000)

Filmé dans des décors réels mais en utilisant des images informatisées pour recréer des animaux préhistoriques.

Présente l’aventure d’Aladar, un iguanodon dont l’œuf est volé du nid mais qui finit par être sauvé par une famille de lémuriens qui l’élèvent. Au début de la pluie de météorites qui altère la Terre et la séparation des continents commence, Aladar (maintenant adulte) doit migrer avec sa famille et les troupeaux d’herbivores à la recherche d’un endroit avec de la nourriture et de l’eau, tout en échappant aux prédateurs.

Bien que visuellement fantastique (encore aujourd’hui), l’histoire est simple et assez générique, péché d’avoir trop de dialogues inutiles et de personnifications excessivement schématiques. La structure de l’intrigue est si simple (même prévisible) qu’elle permettrait au film de mieux fonctionner en étant muet (sans aucun dialogue).

Atlantide : L’Empire perdu (2001)

Doté d’une grande pré-production et d’un travail soigné tant dans l’élaboration des scénarios que dans la personnification de la culture atlante – ayant son propre langage fictif cohérent et fonctionnel.

L’intrigue tourne autour de Milo Thatch, un jeune linguiste fasciné par la cité perdue d’Atlantis, qui parvient à participer à un voyage de recherche indépendant. Milo et l’équipe parviennent à atteindre la ville perdue, où il est révélé que tous les membres prévoient de piller la ville pour s’enrichir.

Le film a été injustement sous-estimé par la critique, le qualifiant de trop complexe mais résolu de manière simple et quelque peu précipitée. Il a également été malchanceux au box-office, comme la même année, il a participé à la compétition avec le gagnant d’un Oscar Shrek.

Planète au trésor (2002)

Basé librement sur le livre Treasure Island, écrit en 1883 par Robert Louis Stevenson.

L’histoire, qui, bien que modifiée, est schématiquement la même que celle du livre, se concentre sur Jim Hawkins, un adolescent troublé qui hérite d’une carte des étoiles pour trouver la planète où le redoutable pirate Flint a caché un grand trésor. Pendant le voyage, Jim se lie d’amitié avec “Long” John Silver, le cuisinier du navire qui s’avère être un pirate appartenant à l’équipage de Flint et qui projette de se mutiner pour prendre le trésor pour lui-même.

Bien qu’il ait eu un succès standardisé, le film a été très attaqué par les puristes et les amoureux du livre original, affirmant qu’il est “offensant” pour l’œuvre de Stevenson, péchant aussi par des personnages présents quelque peu stéréotypés et avec un protagoniste principal pas très charismatique.

La ferme se rebelle (2004)

Dans le vieil Ouest, l’histoire tourne autour de Maggie, Lady Calloway et Grace, un trio de vaches qui décident de capturer Alameda Slim, une dangereuse voleuse de bétail, pour récupérer la récompense et sauver la ferme où elles vivent de la faillite. Pendant le voyage, ils sont poursuivis par Buck, un cheval avide d’aventure qui veut capturer Alameda seul pour essayer Rico, un célèbre chasseur de primes.

Bien que truffé de drôles de références aux vieux classiques occidentaux et aux émissions de télévision des années 80, le film est considéré comme l’un des plus réguliers de Disney ; drôle, mais oubliable, car sa quantité de drame est assez faible, ce qui en fait pratiquement une comédie parodique pour enfants.

Chicken Little (2005)

Inspiré (très légèrement) d’une fable américaine du même nom, également connue sous le nom de “Henny Penny”. L’histoire du film tourne autour de Chicken Little, un petit poulet qui est devenu la risée de son peuple lorsqu’il alerte tout le monde en criant que le ciel tombait. Lorsqu’il parvient enfin à sortir de l’ombre de la honte, il subit à nouveau un accident qui lui prouve qu’il y a des extraterrestres au-dessus de son peuple, qui sont à la recherche de leur fils disparu sur Terre.

Étant le premier film de studio à être entièrement réalisé avec des images CGI, il a attiré beaucoup de spectateurs et son nombre de box-office était bon, mais les critiques ont condamné le film comme ennuyeux, sans structure solide et avec des personnages peu charismatiques qui ne savaient tout simplement pas comment atteindre le public, en faisant un film très amusant.

The Wild (2006)

Le lion Samson vit au zoo de Central Park où il mène une vie tranquille, racontant à son fils Ryan ses aventures quand il vivait dans la jungle (“la jungle”), bien que Samson mente à Ryan parce qu’il a grandi en captivité. Lorsqu’il s’apprête à tout avouer à son fils, Ryan est renvoyé par erreur dans la jungle. Samson et un groupe éclectique d’animaux du zoo (et certains de la ville), s’échappent pour chercher le chiot.

Le film n’a pas une histoire très intéressante et le design des personnages n’est pas très agréable à regarder bien qu’il soit entièrement réalisé avec CGI. De plus, beaucoup trouvent que le film est trop proche de l’intrigue de Madagascar, sortie un an plus tôt et avec un succès notoirement supérieur.

Les Robinson (2007)

Basé librement sur le livre pour enfants de 1990 : A Day with Wilbur Robinson de William Joyce.

Le film se concentre sur Lewis, un orphelin qui rêve de devenir inventeur. Un jour, Wilbur Robinson, un garçon de son âge qui emmène Lewis dans le futur, arrive chez lui, où toute la société fonctionne grâce aux inventions de son père. Wilbur veut que Lewis répare une machine à remonter le temps pour arrêter un méchant qui modifie la ligne du temps.

Bien qu’il s’agisse d’une superproduction, le film a reçu des critiques qui l’ont classé parmi les films d’animation modérément amusants ou même parmi les pires de Disney, qui se concentraient davantage sur l’effet choquant des détails visuels avant de mieux développer ses personnages.

Milo sur Mars (2011)

Réalisé par le même studio d’animation que A Christmas Carol (2009) et, comme celui-ci, produit par Disney. D’après le livre pour enfants du même nom écrit et illustré par Berkeley Breathed en 2007.

L’histoire tourne autour de Milo, un garçon de neuf ans qui sent (guidé par son âge) que sa mère est trop sévère avec lui, alors il lui fait du mal en lui disant que sa vie serait mieux si elle n’existait pas. Lorsqu’il va s’excuser auprès d’elle, il découvre que sa mère a été enlevée par des Martiens, qui l’emmènent sur leur planète pour utiliser ses schémas mentaux maternels et les donner à leurs robots d’élevage. Milo s’infiltre dans un vaisseau et arrive sur Mars, où il doit sauver sa mère.

Bien que le travail visuel de capture de mouvement soit beaucoup plus accompli que dans les productions précédentes, le film manque d’esprit, étant considéré comme ennuyeux et, par beaucoup de critiques, “le pire film d’animation auquel Disney ait jamais participé.

Planes (2013)

Une spin-off de la franchise Cars (2006), mais axée sur l’aventure aérienne, plus précisément les avions de compétition et l’aéroacrobatie (pour suivre la ligne des Cars autour des courses).

Dusty est un avion fumigateur qui travaille dans un champ de maïs mais rêve d’être un concurrent malgré ses limitations mécaniques. Après son entraînement, Dusty se qualifie pour une course autour du monde, où il rencontre des avions de différentes nationalités et gagne une place parmi eux.

Le film a été mal accueilli au box-office et par le public, mais les chiffres étaient suffisants pour générer une suite qui, comme la première, utilise et abuse de l’animation pour générer de l’action, des couleurs et des voix drôles qui attirent les enfants, plutôt que de développer une histoire intéressante.

Tu as vu ces films ? Que penses-tu d’eux ?

Laisser un commentaire