Les 23 meilleurs films Disney de tous les temps

Les films Disney Classics ont une importance énorme dans l’histoire du cinéma d’animation. Blanche Neige et les Sept Nains a débuté en 1937 et depuis, le studio nous a donné des dizaines de titres inoubliables qui ont marqué l’enfance de millions de personnes à travers le monde.

A cette occasion, nous voulons rappeler les titres animés les plus remarquables du studio avec une critique des 23 meilleurs films Disney de tous les temps. Le critère, comme il est d’usage dans ce type d’articles, ne cesse d’être l’opinion personnelle de celui qui l’écrit, donc ne le prenez pas comme une vérité absolue. Par ailleurs, je voudrais ajouter que je n’ai pris en considération que les titres entièrement réalisés à partir de dessins animés. Sans plus attendre, je vous laisse avec eux

Dalmatians’ (‘101 Dalmatians’)

Direction : Clyde Geronimi, Hamilton Luske et Wolfgang Reitherman

Les classiques animés de la compagnie sont nombreux et mémorables, mais je garderai toujours la terrible Cruella de Vil, notamment parce qu’elle a un plus grand attachement au réel que d’avoir une mauvaise histoire. Toutefois, le film fonctionne aussi très bien jusqu’à son apparition avec tout ce qui concerne Pongo, Perdita et leurs propriétaires, mais passe ensuite à un autre niveau grâce à elle.

Aladdin

Direction : John Musker et Ron Clements

Le génie inoubliable avec la voix de Robin Williams dans la version originale -et Josema Yuste en Espagne- est un des meilleurs personnages Disney, mais ici aussi une grande aventure avec un méchant premier et les deux acteurs sont tour les personnages des plus intéressants. A cela s’ajoutent une poignée de chansons inoubliables et il nous reste quelque chose de si stimulant que même sa première suite directe à la vidéo s’est avérée très digne.

Alice au pays des merveilles

Direction : Clyde Geronimi, Wilfred Jackson et Hamilton Luske

Une perte d’imagination à laquelle je dois avouer que je ne me suis pas trop connecté étant enfant mais à laquelle je suis de plus en plus apprécié depuis des années et le nombre des modifications. Une succession d’idées éblouissantes qui s’emboîtent peut-être mieux les unes dans les autres, mais qui maintiennent le spectateur fasciné dans la section visuelle, mais qui contribuent aussi grandement à l’incroyable déploiement du secondaire.

Basil, détective privé

Direction : John Musker, Ron Clements, Burny Mattinson, David Michener

Je sais que ce n’est pas le meilleur film Disney, mais cela ne m’empêche pas de le faire mon film préféré fait par ce studio. Quand j’étais enfant, j’étais fasciné par la variante que je proposais de l’univers de Sherlock Holmes, cette touche plus sombre que d’habitude dans la compagnie, quelques magnifiques chansons, cette anthologie méchante avec la voix de Vincent Price et cet incroyable travail d’animation pendant la dernière partie. Un plaisir à justifier.

Neige et les Sept Nains

Direction : David Hand

Le film qui a tout commencé, jetant non seulement les bases des contes de fées Disney, mais de tout le cinéma animé qui allait suivre. C’est vrai qu’il y a des situations qui peuvent paraître un peu ringardes au public d’aujourd’hui, mais son charme incontestable les dépasse toutes avant l’énorme travail qui y est fait, qui va de l’animation aux personnages eux-mêmes – le seul qui tombe là est le prince, mais la vérité est que je n’avais plus besoin de lui ici non plus – surtout les gentils petits nains.

Big Hero 6

Un croisement intelligent, attachant et passionnant entre les propres formes de Disney et celles des super héros de Marvel a abouti à ce film. Je ne serais pas surpris si certaines personnes se rendaient compte à quel point Baymax est adorable – ce qui est le cas, et en grande partie – mais il y a tant d’autres choses à en profiter. Il tombe évidemment dans certains clichés des deux mondes qu’il unit, mais en retour, il parvient à faire briller de leur propre lumière les vertus qu’il hérite des deux.

Kuzco, l’empereur mégalo

Direction : Mark Dindal

Je me souviens être venu à contrecœur pour le voir car il n’y avait plus de billets pour celui que je voulais vraiment voir et ensuite sortir ravi avec une folie drôle dans laquelle tout semblait valoir sans jamais tomber dans le sentiment de liberté. Son sens de l’humour rafraîchissant, avec un amour efficace pour l’absurde, est sans égal parmi les Disney classiques.

Le Livre de la Jungle

Direction : Wolfgang Reitherman

Une adaptation libre du roman homonyme qui inclut certaines des chansons les plus emblématiques des classiques de Disney, et qui s’inspire un peu de ces rythmes jazz qui conviennent si bien au film. Un travail d’adaptation soigné -quelque chose dans laquelle certains des inclus échouent, mais que j’ai préféré ne pas laisser de côté en raison de ses vertus dans le reste des aspects- et quelques personnages stimulants, notamment l’attachant Baloo.

La Planète au trésor

Direction : John Musker et Ron Clements

Un film qui a été injustement inaperçu et mérite une réclamation dans les circonstances. Oui, la touche Disney pour rendre le tout un peu plus doux pour les enfants est là, mais il y a aussi une aventure remarquable qui parvient à esquiver certains problèmes communs des personnages de la compagnie, créant aussi une relation inattendue et stimulante entre les deux protagonistes, sans parler du capitaine vigoureux avec la voix d’Emma Thompson dans sa version originale.

Le Roi Lion

Direction : Roger Allers et Rob Minkoff

L’un des sommets de Disney, aussi simple que cela, est que tout fonctionne absolument sur lui. Les chansons sont merveilleuses, le scénario dose très bien les changements de genre pour construire une aventure dans laquelle il y a de la place pour la douleur -et qui ne nous a pas tous laissés sous le choc de certaines morts-, du plaisir, de l’émotion et même un peu de terreur. Tous les personnages importants travaillent à merveille, y compris Scar, l’excellent méchant.

Raiponce

Direction : Nathan Greno et Byron Howard

La compagnie avait déjà commencé à montrer des signes de progrès après quelques années où il était préférable de fuir leurs films, mais c’est ici que le début d’une nouvelle ère qui nous a offert une multitude de plaisirs durant ces quelques années. Voici quelques idées explorées des années plus tard dans’Frozen’ dans une aventure dynamique et amusante.

La Reine des Neiges

Un délice non exempt de quelques petits problèmes – au fil des minutes il semble complètement oublié que c’est un musical quand il a quelques chansons fantastiques comme le déjà mythique’Let it go’-, mais il brille si fort quand c’est fun – alors Olaf a été beaucoup brulé mais ici il était super- et quand il choisit de renforcer sa nature moderne et conteuse.

Hercyle

Direction : John Musker et Ron Clements

Une amusante refomulation de la mythologie grecque – bien que le protagoniste soit issu de la mythologie romaine – dont je sens une grande faiblesse, notamment en raison du ton juste et débiteur de certains classiques. Le film est très clair sur sa nature de pur hobby et s’y engage de manière décisive, y compris Hadès, le magnifique méchant qui doit fonctionner à la fois comme une menace et une ressource comique, sortant de l’envie avec brio.

La Belle et la Bête

Direction : Gary Trousdale et Kirk Wise

Si je devais dire quel est le meilleur film de Disney, ce serait celui dont nous avons affaire ici. Un véritable bijou qui est devenu la première production d’animation à être nominée pour un Oscar du meilleur film. C’est dommage qu’il ait rivalisé avec un chef-d’œuvre comme “Le Silence des agneaux”, car c’est un conte de fées exemplaire qui a vraiment cette magie si difficile à définir, à commencer par ses personnages, à continuer avec ses chansons – l’initiale donne lieu à ce qui est probablement la meilleure introduction dans l’histoire du cinéma – et à parcourir le reste.

La Belle et le Clochard

Direction : Clyde Geronimi, Wilfred Jackson et Hamilton Luske

Une comédie irrésistible aux accents romantiques où l’utilisation de la musique était essentielle pour conférer aux aventures de Golfo y Reina un charme unique qui va bien au-delà de la scène des deux pâtes. De plus, profitez de l’honneur d’être le premier film de studio en première sur Cinemascope.

Lilo et Stitch

Direction : Dean DeBlois et Chris Sanders

Autre rareté de la filmographie Disney qui bénéficie du grand imagination visuelle de Chris Sanders, qui ne sera plus par hasard, des années après l’extraordinaire ” How to train your dragon “. C’est vrai aussi que vous défendez des valeurs très spécifiques au studio – “Ohana signifie famille”-, mais vous le faites avec une grande personnalité – c’est différent sans cesser d’être Disney – et en utilisant la contribution excentrique de Stitch au film.

Mulan

Réalisation : Tony Bancroft et Barry Cook

Un film qui a été tout à fait justifié récemment, en partie pour ses valeurs féministes remarquables, mais aussi pour offrir une aventure inhabituelle dans le monde Disney. Pour ma part, je reste avec le parcours physique et émotionnel du protagoniste et avec ces belles scènes roba qu’est le dragon Mushu. Peut-être que son méchant manque un peu plus de développement, loin d’être le meilleur de l’entreprise, mais il fonctionne assez bien pour motiver Mulan.

Peter Pan

Direction : Clyde Geronimi, Wilfred Jackson et Hamilton Luske

Memorable the rivalry between the protagonist and the fearsome -albeit somewhat comical- Captain Hook, although I always had a greater weakness for that crocodile thalks the stainin of the show. Depuis l’inoubliable vol de nuit à travers Londres, la bande devient l’un des meilleurs représentants de la magie Disney, même si elle doit réduire quelque peu le contenu sombre de l’original littéraire. Un délice intemporel.

Les Monde de Ralph

Direction : Rich Moore

Nous verrons bientôt la suite de cette grande approche au monde des jeux vidéo qui fonctionne certainement mieux pendant sa première heure, mais je ne suis pas du tout d’accord avec ceux qui la rendent moins en n’explorant pas complètement son grand point de départ. Il choisit simplement de suivre un chemin et le fait très bien, et Ralph et Vanellope forment un couple d’aventuriers inattendus.

Tarzan

Réalisation : Chris Buck et Kevin Lima

Le chant du cygne des années 90 pour Disney est un des meilleurs films consacrés au roi de la jungle, mais reste un peu à côté des productions mémorables réalisées par le studio pendant la première moitié de la décennie. De plus, il est plus fidèle au matériel original que d’habitude dans les classiques de la compagnie, éblouit dans la section visuelle – incroyable ce qu’ils réalisent avec la jungle – et a des caractères solides et bien définis.

Rox et Rouky

Direction Ted Berman, Richard Rich et Art Stevens

Une autre faiblesse personnelle qui n’était probablement pas sur la liste de beaucoup, mais c’était le seul film de Disney qui a vraiment réussi à me faire pleurer désespérément quand j’étais enfant, surtout dans une scène particulière que je ne révélerai pas en raison des spoilers, et l’amitié entre les deux héros fonctionne à merveille. En général, il peut être quelque chose de mou et représenter ce que certaines personnes détestent chez Disney, mais à mon goût, il donne l’œil du taureau au-delà des succès spécifiques que beaucoup l’accordent.

Vaiana

Direction : Ron Clements, John Musker, Don Hall et Chris Williams

Une touche de fraîcheur pour les princesses Disney qui voit ce point limité à une anecdote. Le protagoniste est un aventurier et a l’aide d’un allié hallucinatoire comme Maui. Les excellentes chansons composées par Lin-Manuel Miranda, un travail d’animation impeccable ?L’œil est également tourné vers le moment où les techniques traditionnelles entrent en scène – et une histoire qui allie merveilleusement le plaisir et l’émotion façonne l’un des meilleurs films du studio

Zootopie

Direction : Byron Howard, Rich Moore et Jared Bush

Un croisement époustouflant entre le fun, le film noir et le polar qui n’oublie pas de prendre soin du développement des personnages tout en sachant quel chemin prendre à chaque instant pour nous donner une proposition beaucoup plus élaborée qu’il n’y paraît à première vue. Certains se retrouveront avec juste l’extraordinaire séquence du paresseux, mais il y a beaucoup plus à célébrer ici

Êtes-vous d’accord avec notre sélection des 23 meilleurs films Disney de tous les temps ou vous manquez un titre particulier ? Quelque chose me dit que certaines cassettes vont être très mentionnées, mais comme je l’ai déjà dit, cela obéit à mes critères personnels.

Laisser un commentaire