Alice au Pays des Merveilles

Titre Original: Alice in Wonderland. Année: 1951. Durée: 72 minutes. Réalisateurs: Hamilton Luske, Wilfred Jackson et Clyde Geronimi. Musique: Oliver Wallace. Voix Françaises: :Katryn Beaumont (Alice), Guy Pierault (Lapin Blanc), Jacques Ciron (Le Chapelier Toqué), Claude Rollet (Le Lièvre de Mars), André Valmy (Le Morse), Gérard Hernandez (Le Charpentier), Albert Augier,Jacques Balutin (Tweedle Dee/Dum), Paule Emmanuelle (Reine), Teddy Bilis (Roi), Roger Carel (Chat de Chesire), Philippe Dumat (Chenille), Georges Atlas (La Serrure) et Jean-Henri Chambois (Dodo).

Le Film Alice au Pays Des Merveilles

Alice au pays des merveilles a une histoire intéressante au Walt Disney Studio. Le studio doit en fait une grande partie de ses débuts à l’inspiration de Lewis Carrol. La première série de courts métrages que le Disney Studio a fait s’appelait Alice Comedies, qui a placé une action en direct Alice dans un décor animé. Ils se sont déroulés de 1923 à 1927 et le premier de la série s’appelait “Alice’s Wonderland”. Et lorsque Walt a eu l’idée de faire un long métrage d’animation, qui a finalement mené à Blanche-Neige et les sept nains, l’une de ses premières idées a été de faire de Mary Pickford une Alice en direct dans un monde entièrement animé. Il a encore essayé cette idée avec Ginger Rogers en tête. Cependant, au fil des ans, Walt s’est montré réticent à faire d’Alice au pays des merveilles.

Le principal problème de Walt était que les livres n’avaient pas d’intrigue linéaire. Alice va au Pays des Merveilles, rencontre beaucoup de personnages fous, puis s’en va. Il ne trouvait pas non plus qu’Alice était un personnage sympathique et estimait que le public ne serait pas capable de s’identifier à elle. Mais son équipe d’animation mourait d’envie d’y arriver. Ils le suppliaient depuis des années de le faire et avec le retour de l’animation en plein essor, il a décidé de leur donner leur chance de le faire.

La production de la version entièrement animée de Disney a commencé en 1946. Quand le public pensait à Alice au pays des merveilles, il pensait aux illustrations Tenniel que l’on trouve dans les livres. La première tentative a donc consisté à s’inspirer de ces dessins pour la direction artistique. Tout le film était storyboard et quand Walt l’a vu, il a su que ça ne marchait pas. Ils se sont débarrassés de cette version et ont commencé à scénariser une autre version qui serait une comédie plus que toute autre. Ce qui manquait au film dans l’intrigue, ils allaient le compenser par des gags et de la musique. Pour rendre le film aussi agréable que possible, Walt a changé la donne en prenant les meilleurs personnages des deux livres, Les aventures d’Alice au pays des merveilles et À travers le miroir, et en les regroupant en un seul film. Les dessins de Tenniel ont été abandonnés et un autre personnage de Disney a été choisi. Ed Wynn a été choisi comme le Chapelier fou, la première fois qu’un acteur célèbre d’Hollywood a été choisi comme voix dans un film de Disney.

Pour relier le film à Lewis Carol autant que possible, la plupart des chansons utilisaient des poèmes tirés des livres comme paroles. Plus de trente chansons ont été écrites, dont quatorze figurent dans le film, le plus grand nombre pour un film d’animation Disney. Cependant, beaucoup de ces chansons durent moins d’une minute et ne sont pas mémorables. Aucune de ces chansons n’est devenue un grand succès, mais quelques-unes d’entre elles se retrouvent fréquemment sur les albums de compilation de Disney, comme “The Unbirthday Song”, “In a World of My Own”, et “All in the Golden Afternoon”. Le score a été nominé pour un Academy Award, ce qui peut probablement être attribué à la séquence accrocheuse “March of the Cards”.

Bien que le film ne commence pas par l’ouverture d’un livre d’histoires, la séquence du titre rappelle les illustrations d’un livre pour enfants. Alice s’ennuie pendant son cours d’histoire, mais quand elle voit un lapin blanc avec un manteau et qu’elle regarde passer, elle ne peut s’empêcher de le suivre. Elle tombe dans le terrier du lapin et au pays des merveilles, où rien n’est ce qu’il paraît. Dans sa quête pour trouver le lapin blanc, Alice a de nombreuses aventures uniques. Elle grandit et rétrécit plusieurs fois, nage dans une rivière de ses propres larmes, se joint à une course de caucus pour se sécher, entend une histoire de Tweedle-Dee et Tweedle-Dum, est fumée hors d’une maison, chante avec des fleurs, prend des conseils d’une chenille, est taunted par le chat du Cheshire, assiste à un thé fou avec le Chapelier Fou et March Hair et se perd dans Tulgey Wood. Elle a des ennuis avec la Reine de Coeur quand elle aide les cartes à peindre des roses blanches en rouge et est jugée, au cours de laquelle de nombreux personnages qu’elle a rencontrés témoignent contre elle. A la fin, elle est pourchassée et au moment où elle est sur le point d’être attrapée… elle se réveille. Tout n’était qu’un rêve.

Alice au pays des merveilles a été créée le 26 juillet 1951 à Londres et à New York. Les critiques détestaient cela, en particulier les critiques britanniques qui étaient contrariés que Walt Disney ait américanisé un classique littéraire britannique. Les critiques aux États-Unis n’ont pas été gentils avec lui non plus. Le film n’a pas été un succès financier lors de sa sortie initiale et seulement trois ans plus tard, il a été monté et projeté à la télévision, le premier film d’animation de Disney à le faire. Cependant, dans les années 1970, le film est devenu populaire parmi les étudiants, qui en louaient des copies en raison de ses séquences “trippantes”. Semblable à Fantasia, le Disney Studio a remarqué la tendance et a donné à Alice au pays des merveilles sa première réédition en salle en 1974. L’affiche met en vedette des couleurs psychédéliques vives qui émanent de la pipe de la chenille et qui forment des images de personnages du film. Il a si bien fait qu’il est sorti à nouveau 7 ans plus tard en 1981 et a été l’un des premiers films d’animation de Disney sorti en VHS plus tard la même année. Alice au pays des merveilles de Walt Disney avait enfin trouvé un public.

Je suis un grand fan d’Alice au pays des merveilles de Walt Disney. Comme beaucoup de gens aujourd’hui, la version Disney a été ma première introduction à l’histoire. Je n’ai jamais lu les romans originaux de Lewis Carol, mais j’ai vu d’innombrables versions cinématographiques qui sont restées fidèles au livre et je dois dire que je préfère la version Disney. Ce qui lui manque dans l’intrigue, il le compense par des personnages amusants et attrayants. L’animation est excellente et le style de Mary Blaire domine le film, le rendant visuellement attrayant. Même si ce film n’a pas eu beaucoup de succès, il a servi d’inspiration pour l’une des premières manèges de Disneyland, le Mad Hatter’s Tea Party, que l’on peut trouver dans les cinq Disney Resorts dans le monde. C’était ma voiture préférée quand j’étais gosse. Disneyland a ajouté un manège sombre basé sur l’attraction de 1958. En 2010, Disney a sorti une version live réalisée par Tim Burton qui est devenue le film de Disney le plus réussi financièrement de tous les temps.

Alice au pays des merveilles est disponible en Blu-Ray et DVD. Le film a été entièrement restauré et est superbe. En prime, un documentaire rétrospectif et l’émission spéciale originale One Hour in Wonderland TV, la toute première émission de Walt Disney à la télévision. Il est également disponible sur iTunes en HD avec des fonctionnalités bonus.

L’histoire d’Alice au Pays des Merveilles

Walt Disney s’est inspiré des livres de Lewis Caroll (“Alice au pays des merveilles” et “De l’autre côté du miroir”) pour mettre sur pied Alice au Pays des Merveilles. Cette histoire fantastique change des contes traditionnellement empruntés par les studios Disney. En effet, ils prennent un nouveau tournant en réalisant Alice : l’aspect visuel évolue, la conception des personnages change. L’atmosphère du film est différente.

Durant tout le long du dessin animé, l’héroîne Alice est plongé dans un monde délirant. Elle rencontre un lapin blanc pressé qu’elle cherchera à suivre pendant tout le film. Alice se retrouve face à 2 Jumeaux conteurs d’histoires, des Fleurs chanteuses, une Chenille fumeuse, … et surtout la méchante Reine de Coeur ! Le reproche que je peux faire est qu’il n y’ a pas réellement de liaisons entre les différentes séquences.

Intéressons nous de plus près à la méchante de ce dessin animé. La Reine de Coeur est la première méchante-comique. Comparé aux précédents méchants comme la belle-mère de Cendrillon ou La sorcière de Blanche-neige, elle tient un rôle amusant. Elle n’intervient d’ailleurs qu’en fin de l’histoire. Ce personnage hystérique met du “piment” au film. Bref, une méchante pas comme les autres …

alice au pays des merveilles

Tout l’humour repose sur les différents personnages qu’Alice rencontre. On passe d’un goûter de non-anniversaire à un concert de fleur qui nous mènent chez le chat malin. Le burlesque est roi dans ce film.

La musique vient agrémenter le dessin animé de touches originales. Chaque séquence à sa propre chanson. Le nombre de chansons est satisfaisant ( environ 6), mais la musique ne fait pas de lien entre les différentes petites scènes.

L’aspect visuel global du film est très coloré. Les couleurs sont d’ailleurs vives et franches. On passe de ton chauds comme le jaune à des séquences de dominante bleue. Cette caractéristique reflète le côté merveilleux du rêve qu’Alice fait. Malgré cet aspect “magique”, les couleurs sont parfois trop criardes, pas assez nuancées. L’animation reste correcte mais n’est tout de même pas époustouflante.

Alice au Pays des Merveilles est un bon Disney mais contenant quelques défauts. Est-ce le nouveau style de Disney ? …

Les récompenses:

En 1951 nomination pour les Meilleures Musiques (d’une comedie musicale).

Laisser un commentaire