Les Aristochats le film Disney – 1970

Bien que bien établi en tant que studio de cinéma d’action en 1970, l’animation a toujours été, et continuera d’être, la marque de fabrique de Walt Disney Productions. Walt Disney est décédé à la fin de 1966, un an avant son dernier chef-d’œuvre d’animation, The Jungle Book. Mais avant de mourir, il avait déjà fait la lumière verte sur le prochain film d’animation….

L’origine du film les Aristochats

L’origine des Aristochats remonte à une décennie auparavant, alors que M. Ed était un pionnier de la télévision. Walt a chargé le producteur Harry Tytle de trouver une histoire animale qui ferait un bon film en deux parties pour The Wonderful World of Color. Tytle et le réalisateur Tom McGowan ont fait un remue-méninges et se sont inspirés de l’histoire d’une chatte mère et de ses chatons perdus à New York, jumelée au succès de One Hundred and One Dalmatians et conçue d’une histoire similaire se déroulant à Paris. A l’origine, un maître d’hôtel et une servante jouaient les méchants et, tout en se cachant d’eux dans les rues de Paris, la mère chatte cachait chaque chaton dans une famille d’accueil qui pouvait cultiver leurs talents. McGowan a engagé Tom Rowe pour écrire le scénario, le payant de sa poche. Cependant, l’histoire a été mise en rayon au studio et Tytle a proposé qu’ils le réoutillent comme un long métrage d’animation en 1963. Walt a adoré l’idée, mais le développement de l’histoire n’a pas cessé d’être détourné par d’autres projets (Exposition universelle, Mary Poppins, The Jungle Book) jusqu’à ce que les hommes s’occupent de l’histoire sans la supervision de Walt.

Le résultat final des Aristochats serait une équipe d’artistes qui ont passé leur carrière jusqu’alors sous la direction d’un leader qui avait toujours le dernier mot. Ils avaient soif de faire leurs preuves, tant de changements ont été apportés au film qui s’est finalement retrouvé à l’écran. Woolie Reitherman a repris ses fonctions de directrice, après avoir mis en scène The Sword in the Stone et The Jungle Book. L’équipe de casting a engagé surtout des habitués de Disney. Phil Harris (Balloo dans The Jungle Book) est revenu pour son deuxième de trois films d’animation à Disney pour jouer Thomas O’Malley. Eva Gabor fait sa première apparition à Disney dans le rôle de Duchesse (elle chantera ensuite Bianca dans The Rescuers et sa suite). D’autres voix Disney reconnaissables incluent Sterling Holloway (Winnie l’ourson), Paul Winchell (Tigger) et Thurl Ravenscroft (buste de chant dans The Haunted Mansion). C’était le dernier film de Disney pour Hermoine Baddeley qui exprimait Madame et jouait la bonne dans Mary Poppins. C’était le dernier film Disney de Bill Thompson qui joue Uncle Waldo et qui est décédé en 1971. Ses mémorables œuvres pour voix de Disney comprennent Smee dans Peter Pan, Jock dans Lady and the Tramp et White Rabbit dans Alice au pays des merveilles. En dehors de Disney, il était surtout connu pour être la voix de Snoopy.

Parce que la musique était en développement en même temps que The Jungle Book, elle partage beaucoup des mêmes auteurs-compositeurs. Terry Gilkyson, qui a écrit “The Bear Necessities”, a écrit “Thomas O’Malley Cat.” Les frères Sherman ont également écrit une partition complète de chansons pour le film, mais seulement trois d’entre elles se sont retrouvées dans le film final : “Les Aristochats“, “Scales and Arpeggios” et “She Never Felt Alone.” Après le décès de Walt, le comité exécutif qui a approuvé toutes les décisions du studio a éliminé les Sherman’s et ils sont partis en 1968 pour faire carrière comme pigistes. Lorsque l’équipe de scénaristes a décidé de présenter l’histoire à un groupe de jazz composé de chats, elle a fait appel à Al Rinker, auteur de jazz, et à Floyd Huddlestone, nouvel auteur-compositeur-interprète de studio, pour écrire “Ev’rybody Wants to Be a Cat”. Le personnage de Scat Cat était basé sur Louis Armstrong, qui était censé chanter le personnage. Toutefois, il était trop malade pour faire le rôle à ce moment-là et Scatman Crothers a été embauché. Alors qu’il était un célèbre chanteur de jazz à part entière, Crothers a reçu l’ordre de faire sa meilleure impression Armstrong.

Le générique d’ouverture du film met en vedette des dessins au trait des personnages de diverses scènes sur des fonds texturés aux couleurs vives alors que la chanson “Les Aristochats” est jouée. Pendant que Madame fait son testament, son majordome Edgar apprend que toutes ses richesses sont d’abord léguées à ses chats, puis à son majordome. La duchesse et ses trois chatons (Berlioze, Toulouse et Marie) vivent dans un grand hôtel particulier à Paris et passent leur temps à pratiquer les arts. Edgar drogue les chats et les emmène la nuit sur sa moto avec l’intention de les noyer dans la rivière. Cependant, deux chiens de ferme chargent le vélo et il perd les chatons dans un fossé dans sa tentative d’évasion. Duchesse et ses chatons sont incapables de se débrouiller seuls, mais trouvent de l’aide dans un chat de gouttière nommé Thomas O’Malley, un solitaire qui ne peut résister au charme de la duchesse. Au cours de leur voyage, ils rencontrent un troupeau d’oies et un groupe de jazz de chats de gouttière. Pendant ce temps, Edgar réalise qu’il a laissé des preuves sur la scène de crime et revient pour les nettoyer. Les chiens lui causent plus de problèmes et il arrive au manoir en même temps que les chatons. Les chats de gouttière les aident à piéger Edgar dans un conteneur à destination de Tombouctou. Madame adopte Thomas O’Malley et utilise son argent pour créer une maison pour les chats de gouttière.

L’Aristochats a été présenté en première mondiale à L.A. le 11 décembre et est sorti en salles le 24 décembre 1970. Il n’a pas été acclamé par la critique et la plupart des critiques ont convenu qu’il s’agissait d’une baisse importante de la qualité pour Disney. Cependant, le public l’a adoré et en a fait un grand succès au box-office. Il a été rediffusé en 1980 et 1987 et est sorti pour la première fois en vidéo amateur en 1996.

Ma première exposition aux Aristochats a eu lieu en 1996, lors de leur sortie en VHS. Je me souviens d’avoir été extrêmement excité de voir un classique animé de Disney que je n’avais jamais vu auparavant. Et je me souviens de l’avoir adoré dans la mesure où nous avions des peluches des cinq principaux chats de Disney Store. Parce que j’ai grandi avec, c’est difficile de voir pourquoi les critiques étaient si sévères. Mais pour leur défense, ils le comparaient aux films d’animation de Disney qui l’ont précédé et il se classe au bas de cette liste. Cela me fascine que l’équipe d’animation ait essayé de déployer ses ailes et de faire son propre travail sur ce film Disney, alors que le produit final a tant en commun avec Cent un Dalmatiens et Le Livre de la Jungle. Les Dalmatiens et ce film parlent tous les deux d’animaux domestiques qui fuient un méchant. Ce film se termine même avec sa propre version de la plantation dalmate. Le Livre de la Jungle est une série de rencontres fortuites avec des personnages intéressants, ce qui est essentiellement la façon dont les chats passent leur temps à courir. Il n’est pas du tout original dans ses tentatives d’être différent. En fin de compte, si vous n’aimez pas ces personnages, vous n’aimerez pas le film. Certaines parties de la musique de George Bruns pour ce film ressemblent étonnamment à un autre film de Disney sur les chats, That Darn Cat, qui a été composé par Robert Brunner. Les fans de Disney peuvent voir la boîte à chapeau de Lady and the Tramp dans le grenier pendant “Ev’rybody Wants to Be a Cat”. Quand le film était nouveau, le groupe Scat Cat était un personnage régulier à Disneyland et Walt Disney World. Chaque chat était d’une couleur néon brillante au lieu de leur couleur de fourrure naturelle. Il y avait une boutique à Fantasyland au Royaume Magique appelée The Aristocats (c’est maintenant Sir Mickey’s) et il y a actuellement un salon au Disney’s Port Orleans French Quarter Resort appelé Scat Cat’s Lounge.

Au cours de la dernière décennie, The Aristocats a connu une croissance exponentielle de sa popularité. Cela n’a rien à voir avec l’histoire, la musique ou l’animation. Au lieu de cela, il a tout à voir avec les petites filles obsédées par un chaton blanc portant un grand noeud rose…. Marie. L’engouement pour Marie a commencé au Japon, où la marchandise s’est vendue comme Hello Kitty et le personnage a commencé à accueillir les invités à Tokyo Disneyland. En lançant des produits similaires ici aux États-Unis, Disney s’est vite rendu compte que les filles américaines aiment aussi Marie. Il est maintenant courant de la voir à Magic Kingdom, Disneyland et Epcot. Le personnage est devenu si populaire qu’une suite en direct sur vidéo était en préparation en 2005 qui aurait pu mettre en vedette Marie, perdue toute seule à Paris. Cette suite a été arrêtée quand John Lasseter a repris Disney Animation, mais je ne serais pas surpris que cette idée refasse surface un jour.

L’Aristochats est actuellement disponible sur Blu-Ray, où il a été restauré avec amour et est présenté sur grand écran 1.66:1 (bien que le rapport théâtral original était de 1.75:1). Ce combo pack comprend un certain nombre de bonus entre le Blu-Ray et le DVD, y compris des chansons supprimées, une interview avec les Sherman Brothers, un extrait d’un épisode de Disneyland intitulé “The Great Cat Family”, et un album. Comme le film a été créé en plein écran avec l’intention d’être recadré en grand écran, certains préféreront peut-être voir l’image animée complète. Le seul DVD plein écran était le DVD Gold Collection de 2000. Cependant, la restauration est la même qu’en 1996, avec des couleurs ternes et des rayures dans le film.

Laisser un commentaire