La Belle au Bois Dormant le film d’animation

Titre Original: Sleeping Beauty. Année: 1959. Durée: 75minutes. Réalisateurs: Eric Larson, Wolfgang Reitherman, Les Clark et Clyde Geronimi. Musique: George Bruns d’après Tchaîkowski.
Un chef-d’oeuvre…. Oui, c’est étonnant de commencer une critique ainsi, mais ce film est à mon goût l’un des plus réussis de Disney.

Pour le seizième long métrage d’animation de Walt Disney, il voulait essayer quelque chose de très ambitieux. Le concept de la Belle au bois dormant était qu’il ressemblerait à une œuvre d’art en mouvement. Chaque cadre serait digne d’être exposé dans une galerie. Walt a également décidé de le filmer sur le nouvel écran large Technirama70, un format à la fois plus large et plus grand que CinemaScope. Par conséquent, tout le papier utilisé par les animateurs devait aussi être plus grand. Le développement de l’histoire de la Belle au bois dormant a commencé en 1951, ce qui signifie qu’il a fallu au total 8 ans pour la réaliser. L’animation seule a pris 6 ans à cause du niveau de détail de chaque image. La conception artistique a été faite par Eyvind Earle, qui a beaucoup contribué à la conception de Lady and the Tramp.

L’histoire autour de la Belle au bois Dormant

A l’origine, Walt avait demandé à son équipe d’auteurs-compositeurs de créer des chansons pour le film, mais à la fin, il a décidé d’utiliser la musique du ballet de Tchaïkovski et de mettre des mots sur sa musique pré-existante. La voix d’Aurore était celle de Mary Costa, une jeune chanteuse d’opéra qui a poursuivi une grande carrière d’opéra. Maleficent a été exprimé par Eleanor Audley, une grande actrice de télévision qui a été le narrateur dans Cendrillon et la voix de Madame Leota dans l’attraction classique du parc Disney, The Haunted Mansion. Verna Felton joue Flora, la bonne fée et elle a aussi joué la marraine fée dans Cendrillon. Barbara Luddy joue Merriwether et elle était aussi la voix de Lady in Lady and the Tramp. Tout le son a été enregistré en Allemagne où se trouvait le meilleur matériel d’enregistrement.

Comme la plupart des contes de fées Disney, la Belle au bois dormant commence par l’ouverture d’un livre. Il était une fois une princesse nommée Aurora, née et fiancée au Prince Philip d’un royaume voisin. Mais la fée maléfique, Maléfique, fâchée de ne pas avoir été invitée à la fête, jette une malédiction sur le bébé : avant le coucher du soleil, le jour de ses seize ans, elle va se piquer le doigt sur un rouet et mourir. Incapable de défaire son sort, l’une des trois bonnes fées fait en sorte qu’elle dorme au lieu de mourir, mais la seule façon pour elle de se réveiller est par le baiser des vrais amours. Pour cacher Aurora de Maleficent, les trois fées se déguisent en paysannes et élèvent Aurora dans les bois. La veille de son seizième anniversaire, elle rencontre un homme dans les bois et tombe amoureuse de lui. Quand elle découvre qu’elle est une princesse fiancée, elle est bouleversée. Et comme elle est retournée au château, Maleficent la trouve et Aurora se pique le doigt. Entre-temps, le prince Philippe a été capturé par Maleficent. Les trois fées l’aident à s’échapper et lui donnent une épée et un bouclier pour qu’il puisse vaincre Maleficent, qui a placé une forêt d’épines autour du château et s’est transformée en dragon de feu. Le bien triomphe du mal et Aurora est surprise de se réveiller avec un baiser de l’homme qu’elle a rencontré dans les bois, qui est son fiancé le prince Philippe.

La Belle au bois dormant de Walt Disney a été créée le 29 janvier 1959. Avec 6 millions de dollars, c’était le film d’animation le plus cher jamais réalisé. Malheureusement, il a gagné 5,8 millions de dollars, soit moins que ce qu’il en a coûté, ce qui signifie que Disney a perdu de l’argent. Les critiques n’ont pas aimé le film, le qualifiant d’inimaginable et trop semblable aux précédents films de Disney. Peut-être en réponse au manque d’éloges critiques, le public n’a pas afflué pour voir le dernier long métrage d’animation de Walt Disney.
De nos jours, il est difficile de voir avec quoi les critiques ont eu un problème dans La Belle au bois dormant. C’est un film magnifique avec des personnages merveilleux, de la musique romantique et beaucoup d’excitation. Heureusement, le temps a été très gentil avec le film. Il a été réédité cinq fois en salles et chaque fois il a gagné un nouveau public qui a pu en apprécier la grandeur. Aujourd’hui, c’est l’un des classiques d’animation les plus en vue de la Walt Disney Company et il fait partie de sa gamme de vidéos maison Diamond Edition, qui célèbre ses quinze films d’animation les plus vendus. Malheureusement, la Belle au bois dormant était la fin d’une époque. C’était la dernière fois que Disney versait beaucoup d’argent dans un long métrage d’animation pour de nombreuses années à venir. De plus, c’était le dernier film à être encré à la main par le légendaire département encre et peinture. Le film d’animation suivant, 101 Dalmatiens, a été le premier à utiliser le nouveau procédé Xerox dans lequel les dessins de l’animateur seraient directement scannés sur celluloïd, perdant ainsi la sensation de fluide que les films encrés à la main avaient.

Le film La Belle au Bois Dormant

C’est en 1959 que sort sur les écrans américains la Belle au Bois Dormant. Ce dessin animé succède chronologiquement à Peter Pan sorti en 1953. Eh oui, les studios Disney prennent leur temps ( 6 ans) pour concevoir ce film. Une longue production qui permet de mettre en place un nouveau style graphique. Walt Disney veut, grâce à ce dessin animé, rendre hommage aux classiques comme Blanche-Neige et Cendrillon. Il laisse alors le style plus délirant des films Peter Pan et Alice au pays des Merveilles de côté. Malheureusement, le film reçoit de mauvaises critiques et ne rencontre pas le succès escompté lors de sa première sortie. C’ est réellement un film ” à part” dans la liste des Grands Classiques Disney.

La Belle au Bois Dormant est un conte de Charles Perrault tiré de “Histoires et récits du temps passé”. La deuxième partie du conte original a été totalement évacué par les scénaristes américains. Quelques personnages et scènes destinées à être violentes ont été supprimées pour le dessin animé. L’histoire est donc celle d’Aurore, une princesse protégée par trois fées, d’un maléfice jeté par une sorcière. l’héroine vit tranquillement dans une clairière jusqu’à ce qu’elle rencontre un Prince…

Parlons d’un des points forts du dessin animé : le graphisme. Cette fois-ci, l’équipe des studios Disney atteint des sommets au niveau de l’animation et de l’harmonie des couleurs. On a droit à des décors fouillés et à des ambiances magiques. les couleurs sont franches sans être criardes. Le style adopté par les animateurs est un tracé trés droit avec des angles et de longues lignes. Exit les douces rondeurs des Disney précédents. Chaque image est un véritable tableau.

Mais l’équipe Disney propose aussi une technique au service de la beauté des images. Comme cette majestueuse scène d’ouverture qui met en scène une foule. Ou encore ces “petites étincelles” ,lancées par les fées, proprent à la magie de Disney. Quel bonheur de suivre les disputes “féeriques” des trois fées !

Parlons d’ailleurs de Flora, Pâquerette et Pimprenelle qui représentent les douzes fées du conte de Perrault. Elles ont chacunes leur propre caractère. Flora est la meneuse du trio, Pâquerette est plus discrète mais plus sensée et Pimprenelle est souvent ronchon. elles possèdent réciproquement une couleur qui les suivra tout le long du film. Ces trois personnages font partis pour moi des meilleurs sortis des studios Disney.

Après les bonnes fées, abordons la fée noire, Maléfique. Elle est la méchante du film. Son caractère mystérieux et obscur donne un aspect dramatique au dessin animé. Là encore, Disney donne vie à une méchante vraiment effrayante (en tout cas pour les plus jeunes d’entres nous ;). Elle tend toutes sorte d’embûches aux héros tel qu’une forêt de ronces ou l’attaque d’une horde de petits monstres affreux. Mais son moment d’apothéose est sa transformation en dragon géant. Fabuleux !

On peut donc relever plusieurs scènes dans ce film : La scène d’ouverture avec l’apparition de Maléfique et des trois fées, la préparation de l’anniversaire d’Aurore, l’endormissement de tout le Royaume et bien sûr la scène finale.

La musique est aussi un élément trés important du film. Adapté de l’oeuvre de Tchaikovski, elle rayonne dans le dessin animé. Elle colle parfaitement à chaque action des personnages. Même sans chansons, le film a une dimension musicale exceptionnelle. Les différents thèmes de l’oeuvre du compositeur sont parfaitement exploités.

Bref, ce film est absolument à avoir dans sa collection des grands classiques. Les studios Disney nous convie à un véritable enchantement. Dans ce film, les mots “magie Disney” prennent véritablement leurs sens.

Chef-d’oeuvre…

Les récompenses:

En 1959, nomination pour les Meilleures Musiques (d’une comedie musicale)

1 réflexion au sujet de “La Belle au Bois Dormant le film d’animation

Laisser un commentaire