Rien n’est plus évident pour un lecteur régulier de bandes dessinées de super-héros que Spider-Man est un personnage à part parmi les autres héros de l’éditeur. Il est né hors-la-loi, aux origines moralement douteuses et depuis de nombreuses années hors la loi, plus proche d’un garde urbain, mais du côté moralement correct. La vision de J.J. Jameson de la menace arachnide était aussi l’opinion publique majoritaire, ce qui l’a placé pendant des décennies sur la corde raide, entre abandon et frustration, poursuivie par ceux qu’il avait juré de défendre.

Peter Parker

Bien sûr, tout comme Peter Parker ne pouvait pas être éternellement un étudiant, Spider-Man ne pouvait pas sauver New York chaque semaine et ne pouvait pas changer la perception que le public avait de lui. Petit à petit, il est passé du statut de paria à celui de symbole de l’héroïsme quotidien, tout comme Captain America est le symbole du sentiment patriotique abstrait. Cependant, quelque chose restait à son image de cet original Spider-Man, un super-héros en marge de l’univers de Marvel, quelqu’un qui a essayé d’obtenir l’aide des Quatre Fantastiques et qui l’a reçu dans le Baxter Building pour le battre, ou qui a essayé de devenir Vengeur car il était fauché et tout était suspect et mal à l’aise.

Le héros le plus célèbre de Marvel

En d’autres termes : Spider-Man est peut-être aujourd’hui le héros le plus célèbre de Marvel (c’est pourquoi, paradoxalement, il ne fait pas partie de l’équipe de tournage de la société : il a toujours eu des prétendants pour adapter ses aventures aux autres producteurs), mais ce sera toujours un autre problème. C’est un héros qui suit ses propres règles et dont les aventures, dans lesquelles l’humour et la vie quotidienne ne s’opposent jamais parce qu’elles font partie de son ADN, sont libres.

Un peu de cette sensation rafraîchissante d’être devant un personnage dans un compartiment séparé est perçue dans’Spider-Man : A New Universe, un film dont le ton et l’esthétique sont absolument étrangers au reste des films de Marvel, bien sûr très différents de ceux de DC, mais aussi une alternative aux adaptations Spider-Man vues jusqu’ici. Des adaptations qui, bien que plus ou moins réussies, capturent des détails de l’intrigue éternelle du personnage (la mort d’Uncle Ben et la morsure de l’araignée qui ne manque pas), de l’esthétique (bien sûr le costume et les pouvoirs, toujours fidèlement reproduits) et l’atmosphère habituelle de New York, ne cessent de faire de super héros de films.

L’héritage de Spider-Man : il a fallu six films pour arriver à l’adaptation finale en action réelle

Des films de super-héros avec leur application au format déguisement et pouvoirs des intrigues du cinéma d’aventures de toute la vie. Bien que’Homecoming’ l’ait partiellement fait exploser avec une bonne dose de sensibilité adolescente et d’insouciance générale, les versions de Raimi et Marc Webb, malgré leurs incontestables découvertes, ont été raffermies par le poids d’être, précisément, des films superhéros. Quelque chose qui, dans un certain sens, se heurtait à un personnage caractérisé par sa légèreté (physique et tonale) : il y avait toujours le sentiment qu’il y avait quelque chose qui échappait à ses adaptations cinématographiques.

Spider-Man : A New Universe : La BD parfaite à l’écran

Que quelque chose est la folie, l’insouciance, l’amour du risque qui est implicite dans toute bonne bande dessinée. Le dynamisme, la coloration, l’imagination, la possibilité de fragmenter une page en trente vignettes et de gifler le lecteur avec une page de garde, de le saturer d’onomatopées et de dialogues, puis de trente pages muettes. Jouer avec les formats, avec la même idée que le lecteur doit tourner une page toutes les deux pages, générant un cliffhanger physique toutes les quelques secondes. C’est-à-dire comprendre que la bande dessinée a son propre langage, sa propre dynamique tout comme le cinéma a ses voyages, ses arcs narratifs, ses fades, ses crédits (et ses post-crédits).

Il comprend parfaitement tout cela avec Spider-Man : A New Universe’ et le presse avec une aventure qui fait littéralement tout ce qu’il doit faire, sans se couper les cheveux, pour étourdir le spectateur et le maintenir au bord du siège pendant deux heures qui passent dans un soupir. Les cartouches de texte pour les pensées, les parodies des origines secrètes des héros (ces flashbacks de chaque Spider-Man, chacun avec sa propre texture), utilisent le héros arachnide le plus sombre pour faire des blagues impossibles sur le daltonisme, planifier, monter et les combats et séquences de son comme jamais auparavant parce que nous n’avons rien à perdre. Toutes les astuces du chapeau d’action super-héroïque, qu’elles viennent à l’esprit ou non, se déploient dans’A New Universe.

Le film de Bob Persichetti

Le film de Bob Persichetti, Peter Ramsey et Rodney Rothman n’a pas besoin d’expliquer pourquoi tout est si frénétique, pourquoi les choses arrivent dans cet univers pour le plaisir, et c’est parce que nous nous sommes libérés de la lourde plaque du réalisme, qui nous force à chercher des retruecanos psychologiques complexes pour justifier le fait qu’un millionaire orphelin se cache en batte. Dans les bandes dessinées de super-héros, les choses fonctionnent comme ceci, et Spider-Man : A New Universe participe à cette absence logique de logique, et c’est pourquoi tout est si merveilleusement agile, arbitraire, et vous pouvez vous permettre de passer de la première seconde à l’aventure, la comédie et la surprise. Il n’y a pas de raison. Ce sont des super-héros.

Le fait est que, paradoxalement,’Spider-Man : A New Universe’ est un film extrêmement subtil dans ses sources dramatiques internes. En réalité, ce qui est grossier, c’est d’avoir à trouver des motifs aussi clichés et vides que la vengeance, l’honneur, le patriotisme ou les promesses post mortem pour justifier un comportement héroïque ou maléfique. Dans Un nouvel univers, nous croyons au comportement honnête et généreux des héros… simplement parce qu’ils nous sont décrits avec simplicité et naturel, basés sur des scènes qui les attirent comme des gens honnêtes et généreux d’une manière crédible.

Miles Morales n’a pas besoin d’un refrain sur les grandes puissances et les grandes responsabilités pour justifier tout ce qu’il fait avec les conventions du coup de manidas : c’est juste un bon garçon. C’est un héros, et nous le voyons dans ses moments quotidiens et dans ses moments héroïques. Spider-Man : A New Universe’ est peut-être strident, frénétique et tranchant, mais c’est aussi un scénario d’une force et d’une subtilité à couper le souffle. Avec Rodney Rothman, également co-réalisateur, le scénariste Phil Lord corrobore définitivement, qu’il est un auteur à prendre en compte.

Guerre des symbiotes : nous comparons en profondeur et choisissons le meilleur du Venin du cinéma.

Cette subtilité du scénario est également démontrée dans tant de détails qui passent par les inévitables péages des histoires de super-héros classiques (les origines des protagonistes, la façon dont un sujet est bien ciblé comme l’identité des méchants), et aussi aux histoires des superhéros modernes. Dans ce dernier sens, la séquence post-crédit est d’une netteté exaspérante, faisant référence à une poignée de mèmes classiques du personnage en un temps record, dans un véritable cadeau pour les fans de resabiado de longue distance.

Le tout enveloppé dans une finition visuelle impeccable et encore plus travaillée et soignée qu’il n’y paraît. Ce n’est plus que son point culminant final parvienne enfin à fonctionner comme un spectacle de CGI et, en même temps, qu’il ait une cohérence narrative : c’est que dans le style même de l’animation de’Un nouvel univers’ il y a un discours. Le film renonce à l’animation fluide, lisse et continue des productions générées par ordinateur et nous ramène à un style classique, dessiné (et pas seulement parce que l’on voit les traits de crayon des personnages), dans lequel il y a consciemment des “images fixes manquantes.

Non seulement c’est un hommage à l’animation traditionnelle, mais c’est aussi un abandon, et avec cela nous revenons au début, à la narration séquentielle très spéciale de la bande dessinée, qui se glisse ici dans la même texture, dans l’ADN du film. Spider-Man : A New Universe, avec ses imperfections recherchées, avec sa brusquerie volontaire, dit au spectateur : c’est un mensonge, c’est une fiction, c’est un dessin. C’est tout le contraire d’une adaptation à une image réelle cohérente, crédible et avec des acteurs en chair et en os ennuyeux, qui auront beaucoup de charisme, mais.”Ils ne peuvent pas faire ça ?

C’est pourquoi A New Universe n’a pas seulement compris la bande dessinée de Spider-Man mieux que toute autre adaptation précédente : il a aussi parfaitement compris ce qui nous fascine dans la bande dessinée de super-héros, sa dynamique et ses mythologies. Pour une fois, la magie a fait son effet et balaie le box-office. Un soulagement, un miracle et un grand espoir pour l’avenir.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here