“La nounou qu’on cherche, on la veut sans verrues, sans grognements, elle pourra chanter. Avec des joues roses, très gaies et confiantes. Faites-lui savoir comment faire un bon gâteau, sifflez…. aussi. Qu’il nous emmène nous promener, que la ricine ne nous donne jamais, qu’il nous donne des sucreries, qu’il ne sente pas le naphtalène. S’il ne nous gronde pas ou ne nous punit pas, nous devons toujours faire ce qu’il nous dit. Ses verres n’auront jamais besoin d’être cassés, et nous n’aurons jamais besoin de poivrer son thé”.

Qui est la vrai Mary Poppin’s ?

Il est difficile de voir dans la nounou que Jane et Michael Banks ont demandé à l’écrivain Helen Lyndon Goff, auteur de la série littéraire à succès qui a fini par devenir, à son grand dam, un classique du septième art. Cependant, sous le visage sévère et le caractère inflexible de cette femme maussade mais affectueuse, il y avait parfois une créativité débordante, capable d’imaginer un nombre infini d’histoires pour fuir la cruelle réalité. Tu devais juste voir… au fond de toi. Une morale prêchée par l’auteure australienne à travers sa fille prodigue, cette nounou britannique qui enseignait en chantant cette vérité échappe parfois à la vue.

Sous le pseudonyme de P. L. Travers, l’Australienne scelle en huit volumes les aventures d’une gouvernante qui vole en parapluies, une chanson à l’imagination qui n’a pas hésité à des drames comme sa vie, inspiration pour la populaire Mary Poppins, ne s’est pas épargnée en tragédies. Le premier impact qu’elle a reçu a eu lieu pendant son enfance, lorsque son père, un Irlandais qui, comme M. Banks, travaillait dans une banque, est mort prématurément en 1907, lorsque le romancier avait sept ans. La disparition de son père a dévasté la famille, en particulier sa mère, qui a même tenté de se suicider. Travers, alors encore Helen, a été témoin de ses menaces quand elle a essayé de sauter dans une rivière au milieu d’une nuit orageuse. Pour épargner à ses jeunes frères la scène terrible, on invente une histoire qui les transporte dans une utopie où les chevaux volent et peuvent monter sur l’eau.

Une histoire qui, supposément, était le germe de Mary Poppins, et dans la réflexion de laquelle il n’est pas difficile de voir la nounou magique et ses aventures avec Bert et les enfants Banks dans ce monde de craie animé du parc. Une gouvernante, “pratiquement parfaite”, toujours collée à son parapluie avec un cou d’oiseau qui, loin de son inventivité, “volait” sa tante Ellie, comme le sac de voyage sans fond minable dans lequel tout rentrait. Le rôle de nounou de cette héroïne a été emprunté à son autre tante, la riche Helen Morehead, qui est venue à la rescousse de la famille après l’échec de la tentative de suicide de sa mère. “Mary Poppins peut avoir une certaine influence sur ma vie, mais ce n’est pas basé sur mon enfance,” dit l’auteur. Bien que personne ne l’ait crue, et même son fils a reconnu que la nounou anglaise était elle-même, car, bien qu’il ait nié tout lien avec la gouvernante, il lui a donné certaines des qualités qu’elle possédait également, faisant d’elle une “personnalité aussi fascinante que troublante.

Après une vie sans enfants, l’écrivain décide d’adopter. Le parapluie magique de la nounou de Paloma Lyndom Travers, qui lui permet de voler quand “le vent d’est et le brouillard gris annoncent ce qui est à venir”, a aussi servi de métaphore à l’amour de l’écrivain pour l’astrologie, voire de référence à un expert dans ce domaine pour une décision transcendantale : lequel des frères Hone lui causerait le moins de problèmes. Et dans un manque total d’empathie, la femme qui imaginait la meilleure nounou que certains enfants pouvaient souhaiter, “sans verrues et sans jamais grogner”, sépara deux jumeaux du berceau en ignorant les demandes des grands-parents. Alors que l’un grandit à l’abri des problèmes de mots magiques comme “supercalifragilisticespialidoso”, ce mot universel, l’autre s’enfonce dans la crasse d’un Dublin que les ramoneurs, sans la grâce de Bert, ne peuvent expurger.

Camillus, le fils qui a grandi avec Travers, ne savait que plus tard qu’il avait un frère et que l’auteur était sa mère adoptive. A 17 ans, il a retrouvé son jumeau Anthony et l’a invité chez lui. Quand la mère de Mary Poppins a ouvert la porte et les a vus ensemble, elle s’est évanouie. Quand il s’est réveillé, il leur a interdit de se revoir. L’écrivain ne savait pas comment trouver le côté positif de la rencontre, comme si elle pouvait lui faire voir la nounou magique, et a conduit son fils à une vie difficile, noyé dans l’alcool parce que l’alter ego de Poppins, au lieu de lui faire oublier les problèmes, les harcèle. C’est du moins ce que Joseph Hone, le frère aîné des jumeaux, a dit au Daily Mail, où il a recréé leurs cruautés, assurant que “Pamela Travers se voyait comme Mary Poppins et pensait pouvoir jouer ce rôle avec le petit Camillus. Mais je n’étais certainement pas prêt à éduquer les enfants.

Pas même pour les relations sociales. Motivé par la demande de sa fille, qui voulait un film avec les aventures de cette nounou dont les livres avaient été lus à voix basse, Walt Disney terció avec le caractère intransigeant de Travers, essayant de la convaincre d’obtenir les droits de Mary Poppins. Une tâche ardue qui lui a pris près de deux décennies, et qu’elle n’a réalisée que lorsque les ventes des livres ont commencé à diminuer et que le besoin de l’auteur s’est fait sentir. “C’était comme voir deux forces de la nature rugir le long d’une voie ferrée et se diriger vers l’inévitable collision frontale “, a déclaré l’écrivain Brian Sibley, également un ami de Travers, en son temps.

La relation insupportable entre les deux finit par dégénérer, aggravée par les exigences de l’écrivain, qui n’approuvait pas l’œuvre de Disney et exigeait un changement constant. “Qu’est-il arrivé à ma Mary Poppins ?”, dit-il à propos d’un film qui, en plus d’avoir remporté le plus grand succès au box-office en 1964, a remporté cinq Oscars. Et cela a imprégné l’imagination collective, qui n’a jamais oublié les leçons de cette nounou qui était capable de faire ce qu’il fallait. Tant et si bien que ses leçons, ainsi que ses chansons, sont toujours valables près de soixante ans plus tard. A tel point que Mary Poppins revient, cette fois-ci avec Emily Blunt et non Julie Andrews, lorsqu’ils auront de nouveau besoin d’elle.

Et, malgré la promesse faite par P.L. Travers à la fin de ses jours, insatisfaite de l’œuvre finale de Walt Disney, la nounou est revenue au théâtre avec “The Return of Mary Poppins”. Incapable d’être ce qu’elle voulait être, l’écrivain a imaginé sa propre vie, et l’a donnée à la nounou magique pour vivre pour elle. Et c’est 84 ans après sa naissance, plus vivant que jamais. Si le coeur vous en dit et que vous avez trouvé votre nounou idéale, choisissez un cadeau nounou personnalisé et original pour la meilleure des nounous.

Voir l'actualité Disney :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here