Le Film Dumbo des Studios Disney

Le 23 octobre 1941 sortait pour la première fois Dumbo sur les écrans américains. Le film n’est pourvu que d’un petit budget et est basé sur une histoire simple. Dumbo n’en reste pas moins intéressant. Dumbo est un éléphant aux grandes oreilles qui grâce à son ami Timothé et malgré les moqueries, arrive à se faire une place dans le monde du cirque. Bien que simple, l’intrigue soutient un message de tolérance et de respect.

Après avoir perdu de l’argent sur Pinocchio et Fantasia, Walt Disney a été forcé de faire son prochain film d’animation avec un budget serré. Dumbo a coûté moins d’un million de dollars à faire, une fraction du coût des trois films d’animation précédents. L’arrière-plan et la conception des personnages ont été simplifiés pour gagner du temps, et les animateurs ont pu se concentrer davantage sur le jeu. Dumbo est généralement accepté pour avoir certains des meilleurs acteurs dans n’importe quel film d’animation.

Dumbo parle d’un jeune éléphant aux grandes oreilles. Il est fui par tous les autres animaux et devient une plaisanterie courante dans le cirque. Lorsque sa mère est enfermée pour l’avoir protégé d’un groupe d’enfants turbulents, Dumbo se lie d’amitié avec Timothy la souris, qui emmène Dumbo voir sa mère. Sur le chemin du retour, Dumbo a le hoquet et Timothy lui trouve un seau d’eau, ne sachant pas que certains clowns y avaient versé de l’alcool. Dumbo et Timothy hallucinent à propos des éléphants roses et se réveillent haut dans un arbre. Timothy met deux par deux et se rend compte que Dumbo a dû les faire voler avec ses grandes oreilles. Dumbo prend son envol lors d’un spectacle de cirque humiliant et s’empare du spectacle, devenant ainsi une grande vedette. En conséquence, sa mère est libérée et les deux sont à nouveau réunis avec bonheur.

Dumbo, d’une durée de 64 minutes, est l’un des longs métrages les plus courts de Disney. On rapporte que le distributeur RKO a demandé à Walt soit de le rallonger s’il le distribuait en tant que long métrage, soit de découper du matériel pour qu’il puisse le sortir en tant que court-métrage. Walt a refusé de faire l’un ou l’autre. C’est certainement pour le mieux, parce que Dumbo est la longueur parfaite. Il n’y a pas de domaines ennuyeux où le public perd de l’intérêt, mais s’il était plus long, ce serait probablement le cas. L’une des plus grandes forces de Walt en tant que cinéaste était sa capacité à choisir le bon moment et à couper ce qui ne devrait pas être inclus.

une controverse autour du film Disney

Le film a été la source d’une certaine controverse sur la représentation des Noirs à cause des corbeaux qui aident Dumbo à réaliser qu’il peut voler. Tous sont exprimés par des Afro-Américains, à l’exception du corbeau principal qui a été exprimé par Cliff Edwards, la voix de Jiminy Cricket. De plus, la corneille de plomb s’appelle Jim Crow, qui est aussi le nom des lois qui ont maintenu les Noirs séparés des Blancs. Cependant, à part la mère de Dumbo et la souris de Timothy, les corbeaux sont les seuls autres personnages du film qui sympathisent avec lui. Leur chanson “When I See an Elephant Fly” est perçue par certains comme une provocation de Dumbo, mais elle est en fait un direct à Timothy pour avoir suggéré une chose aussi ridicule qu’un vol d’éléphant. Quoi qu’il en soit, la controverse dépasse la tête de la plupart des gens et n’est pas perçue comme un gros problème.

Dumbo a été créé le 23 octobre 1941 et a été un succès, le premier film de Disney à faire de l’argent après Blanche Neige et les Sept Nains. Si Dumbo n’avait pas eu de succès, il est difficile de dire combien de temps le studio aurait été là. La partition a remporté un Oscar et une des chansons, “Baby Mine”, a été nominée pour la meilleure chanson. Beaucoup d’animateurs modernes disent que Dumbo est leur film préféré, y compris John Lasseter. De plus, “Pink Elephants On Parade” est considéré comme l’une des meilleures séquences animées de l’histoire du média.

Ce film a été une partie importante de mon enfance. C’est peut-être le premier film de Disney que j’ai jamais vu, parce qu’il était facilement disponible sur VHS et qu’il était souvent diffusé à la télévision. De plus, je regardais régulièrement une série télévisée pour les enfants d’âge préscolaire qui s’en inspirait, intitulée Dumbo’s Circus. Aucune visite à Walt Disney World n’a été complète pour moi sans un tour sur Dumbo l’éléphant volant, une attraction que l’on peut trouver dans tous les parcs de style Magic Kingdom autour du monde. Une grande peluche de Dumbo était parmi mes jouets préférés quand j’étais enfant.

Dumbo est actuellement disponible en Blu-Ray et DVD où il a été magnifiquement restauré et est présenté dans son format plein écran d’origine. En prime, le Blu-Ray comprend un commentaire vidéo intitulé “Taking Flight : Le Making of de Dumbo” documentaire, des scènes supprimées, un court-métrage sur l’héritage du film, une courte pièce sur les attractions de Disneyland basées sur le film, la bande-annonce originale en salle, des galeries d’art et des courts métrages bonus (“Elmer Elephant” et “The Flying Mouse”). Il est également disponible sur iTunes en HD, mais il n’est accompagné d’aucun bonus.

Le scénario de Dumbo

Parlons tout d’abord d’une des meilleures séquences du film. Ici, le héros est confronté (comme dans Pinocchio) aux effets secondaires de l’alcool. En état de somnolence, Dumbo voit apparaître des bulles prenant peu à peu forme humaine. S’en suit alors une danse infernale au rythme d’une musique entraînante. Cette scène est techniquement et artistiquement superbe. Elle est d’ailleurs très représentative du talent de Walt Disney.

dumbo

Il n’y a pas réellement de méchant dans Dumbo. On pourrait dire que les seuls vrais méchants sont les grandes oreilles du héros. Elles sont la cause des rejets et moqueries subis par Dumbo. Le directeur du cirque est d’ailleurs tout à fait incapable d’attribuer un numéro de cirque au jeune éléphant. Dumbo n’a donc pas, comme dans beaucoup de Disney, de méchant à combattre. Il doit simplement faire preuve de courage et de persévérance pour arriver à convaincre de son talent.

La scène la plus touchante du film reste celle où la mère de Dumbo, enfermée pour état de folie, le berce de sa trompe en chantant “Baby Mine” (mon tout petit). L’atmosphère du film est généralement plutôt triste ou mélancolique, c’est d’ailleurs pourquoi les animateurs décidèrent d’ajouter quelques personnages amusant. Je parle évidemment de Thimothée la sourie et de la bande de corbeau qui n’apparaissent qu’à la fin du film. Thimothée accompagne le héros durant ses multiples aventures. Il est là pour l’aider pour le rassurer et pour apporter une touche d’humour.

Bien que l’animation des personnages reste toujours parfaite, les décors sont un peu moins fouillés que ceux de Pinocchio ou même de Blanche-Neige. D’ailleurs, Dumbo n’est pas comparable à ces derniers. Non pas qu’il soit moins beau, mais le style de dessin est différent.

La musique n’est là que pour accompagner le dessin animé, sans être désagréable, elle n’a rien de révolutionnaire. Pas de superbes chansons (excepté “Baby mine”), ni de thèmes célèbres. Dumbo est donc réellement différent des autres Disney. C’est aussi l’un des plus court Disney durant seulement 64 minutes.

Conclusion, sans révolutionner l’art du dessin animé, Dumbo reste très agréable à regarder.

Les récompenses du film Disney:

Nomination en 1941 pour la meilleure Chanson : “Baby mine” (mon tout petit)

Oscar, en 1941, des meilleures musiques (d’une comédie musicale) ???

Laisser un commentaire