Les indestructibles tests DVD

Même si avant d’insérer le disque nous savions déjà que le doute n’était pas permis, on ne cesse d’être éblouis par la perfection visuelle offerte au spectateur, exempte de la moindre anicroche – l’absence de DTS y étant sans doute pour quelque chose, mais nous y reviendrons plus bas.

  • The Incredibles
  • Réalisateur: Brad Bird
  • Acteurs : Samuel L. Jackson, Holly Hunter, Bruno Salomone, Lorie, Amanda Lear
  • Durée : 111 minutes
  • Suppléments : Commentaires audio, making of, scènes coupées, courts métrages
  • Date de sortie DVD : 24 Mai 2005

Artistiquement, bien que l’aspect général des personnages lorgne vers le cartoon, Pixar tape très fort avec un degré de réalisme de ses éléments dépassant largement le déjà époustouflant Monstres & Cie et magnifiés par une judicieuse utilisation des couleurs, des éclairages et des ombres. On jurerait voir de jolies poupées de plastique animées sur un décors réel. Tiré directement de la source informatique comme tous les DVD Pixar, la restitution est donc parfaite, nette, chaude en couleur, ne montrant aucun signe de faiblesse et démontrant à quel point la technologie peut s’avérer merveilleuse lorsqu’elle est utilisée par de vrais artistes, et surtout un vrai plaisir pour le spectateur littéralement happé au cœur de ce véritable film d’action dans des conditions exemplaires. Magnifique !

Notons enfin qu’en choisissant l’affichage du menu en français au démarrage du disque, le film bénéficiera des attributs de la langue de Molière tout du long, et plus particulièrement lors du générique et sur les gros plans des coupures de journaux.

CRITIQUE SON

Bizarre vous avez dit bizarre ? Un titre Disney récent proposé dans une édition collector de luxe, homologuée THX qui plus est (logo avec la boule de cristal, annonciatrice du spectacle à venir) et… pas de DTS ? Une surprise d’autant plus que le générique de fin prouve noir sur blanc que le film a été mixé également dans ce format. Une semi-déception qui évite néanmoins d’handicaper l’image (le film frôle les deux heures) ainsi que les chamailleries entre pros VO et pros VF. Une version française par ailleurs très réussie, bien que sur le papier la liste des doubleurs semblait des plus hasardeuses. On se surprend même à trouver un certain talent dans la voix de la jeune Lorie… lorsque cette dernière joue la comédie bien sûr.

Mais la piste DTS fantôme est rapidement oubliée tant les deux versions Dolby Digital 5.1 impressionnent. Outre une introduction spectaculaire, on se surprendra à plusieurs reprises même dans les scènes qui n’étaient pas forcément propices à une démonstration des capacités de nos home-cinemas. Ainsi lors de la dispute des enfants à table où le jeune Dash se dispute avec sa soeur, il traverse les cinq enceintes à toute allure avant d’être stoppé net par le champ de force utilisant une localisation spatiale des basses avec une précision ahurissante. Si l’on fait abstraction de la dernière demi-heure nourrie d’explosions, de poursuites automobiles, de vaisseaux, de robots et autres joyeusetés auditives, on ne pourra qu’offrir un coup de chapeau à la séquence du jet ainsi qu’à la bande originale bondienne, véritable régal pour les mélomanes amateurs de l’agent 007.

En bref on s’assied, on coupe les lumières, on débranche le téléphone et l’immersion totale peut commencer.

Laisser un commentaire