Des informations concernant la série télévisée « Star Wars : Underworld »

Tout le monde connait George Lucas, ou du moins je lespère. Que vous laimiez ou détestiez, son nom fait immédiatement penser à la saga Star Wars. Autre nom que vous connaitriez peut-être, Rick McCallum. La relation entre les deux hommes a débuté dans les années 90 sur la série télévisée Les Aventures du jeune Indiana Jones. McCallum produit ensuite les épisodes I, II et III de la saga Star Wars. Interviewé par Collider pour parler du film Red Tails quil produira également il a donné un tas dinformations sur la série télévisée live Star Wars : Underworld.

La série Star Wars : Underworld

Les problèmes de budget concernant la série (avec pour titre Star Wars : Underworld) sont bien avérés. La difficulté à obtenir de bons effets spéciaux pour un budget de petit écran est le principal obstacle pour la production :

C’est la meilleure façon de relativiser : nous avons fait l’Episode III – qui est l’un des plus gros films Star Wars, au point de vue des effets spéciaux, de la quantité d’effets spéciaux et tout le reste – pour 100 millions de dollars, ce qui était plutôt inédit, même il y a cinq ans, parce qu’avec n’importe quel autre studio, n’importe où ailleurs aux Etats Unis, le prix aurait facilement été doublé. Donc imaginez un épisode d’une heure avec plus d’animations numériques, plus d’effets spéciaux, plus de complexité au point de vue de la conception et des costumes qu’un film de deux heures, qui nous prend trois années de réalisation et nous devons faire ça chaque semaine, pour seulement 5 millions de dollars. C’est notre défi.

Donc où en sont-ils pour relever ce défi ? Disons simplement que nous ne verrons pas Star Wars dans les programmes de cet automne :

Ce n’est pas un challenge qui, je pense, peut être relevé dans les deux prochaines années. Je pense que ça prendra un peu plus de temps pour atteindre les objectifs.

McCallum a dit que l’un des aspects les plus onéreux de la série était les personnages en image de synthèse :

George a amené des personnages numériques tellement extraordinaires à l’écran pour 30 à 40 minutes. La plupart des gens qui aiment les films et comprennent à peu près le processus, réalisent qu’un personnage comme Gollum ou Jar Jar, ou n’importe quel autre personnage numérique important, coute deux fois plus cher (autant que Tom Cruise dans un film). Il faut 150 personnes qui travaillent pendant trois ans sur une performance de 40 minutes et qui gagnent bien leur vie, vous faîtes l’addition, ça va revenir à un personnage entre 20 et 30 millions de dollars. C’est notre problème, comment faire baisser cette somme.

Des problèmes pour concevoir cette série !

Le producteur a également soulevé d’autres problèmes spécifiques, entre autres, le nombre écrasant de tournages en images virtuelles :

Avec les « matte paintings » en 3D digital, comment passer de 2/3 semaines à 2/3 jours ? Pour un budget de télévision, sur des écrans de télévision, il n’est pas nécessaire de faire un film haute-résolution, mais tout est un challenge pour nous. Comment obtenir des programmes de tournage virtuel ? On ne peut construire aucun de ces trucs. On pourrait si on travaillait sur un format traditionnel ou nous avons un tournage avec tous les personnages, mais George ne travaille pas de cette façon. Nous avons entre 40 et 50 plans par heure, chaque minute et demie ou deux il y a un nouveau plan. Alors on ne peut pas construire ça et le refaire chaque semaine, c’est virtuellement impossible, donc nous devons trouver un logiciel de montage virtuel et un environnement qui nous permet de faire ça sur fond bleu et vert et être capables de transformer ces arrière-plans très rapidement. Nous en sommes-là, mais ce n’est pas encore parfait et c’est toujours trop cher.

Alors que la production en est encore loin, plus de 50 scripts ont déjà été mis de côté pour le projet, lorsque le coup d’envoi de celui-ci sera donné. Au sujet du ton, McCallum a révélé que c’est en réalité un peu plus obscur que les films :

C’est beaucoup plus sombre que les films. C’est une série plus adulte. Je pense que, thématiquement, au niveau des personnages et ce qu’ils vivent, ce sera – si nous y arrivons et  que George veut vraiment poursuivre – la partie de plus géniale de toute la franchise …C’est l’Empire Contre-Attaque avec des anabolisants.

McCallum a dit qu’ils avaient à l’origine, visualisé la série comme « Deadwood dans l’espace », donc il est facile de voir d’où provient cet aspect obscur. Sur cette comparaison avec Deadwood, le producteur a reconnu que nous n’entendrons pas nécessairement de Jedi balancer le mot « Fuck » :

Manifestement, nous avons changé ce qui ne passait pas en termes de langage. Il s’agit de performances sérieuses, de relations compliquées, d’incroyables problèmes de pouvoir et de corruption, d’avarice, de vanité, de fierté, d’égo se manifestant à des niveaux qui atteignent le monde dans lequel nous vivons actuellement, mais, comme je l’ai dit, avec des stéroïdes.

Laisser un commentaire