Joyeux 100ème anniversaire Ward Kimball !

Date marquante ce jour du 4 mars 2016 puisque nous célébrons le 100ème anniversaire de la naissance de l’artiste Ward Kimball, l’un des éminents Neuf Vieux Messieurs (“Nine Old Men”) des Studios d’Animation Walt Disney. Sa contribution dans le domaine du cinéma d’animation est sans limite à et tous les égards intergénérationnelle.

Cet esthète, pionnier de l’art du film d’animation et créateur de nombreux personnages emblématiques des studios de l’oncle Walt – dont son plus célèbre en 1940, Jiminy Cricket, la conscience loyale de Pinocchio – est rentré dans les jeunes studios de Walt Disney en 1934, fasciné déjà par l’oeuvre du cinéaste et notamment ses Silly Symphonies.

L’artiste Ward Kimball

Considéré comme un “génie” par son employeur lui-même, il collabore avec lui durant de nombreuses années, tout d’abord sur des cartoons (Silly Symphonies et séries Mickey Mouse et Donald Duck), puis sur ses long-métrages faisant entrer la maison de production de Walt Disney dans son premier âge d’or. Outre son emblématique grillon au chapeau haut de forme, on lui doit la création et l’animation des corbeaux dans Dumbo (1941), Faline dans Bambi (1942), Panchito Pistoles dans Les Trois Caballeros (1944) et la séquence musicale “The Three Caballeros”, Jaq, Gus et Lucifer dans Cendrillon (1950) ou encore Tweedledee et Tweedledum, le Chapelier fou et le Chat de Chester dans Alice au Pays des Merveilles (1951).

Dès le début des années 1950, l’animateur aguerri se verra confier la réalisation de plusieurs films dont la série spéciale de courts Une Aventure en Musique, dont Toot, Whistle, Plunk and Boom, Oscar du Meilleur Court-Métrage d’Animation en 1954 et le cartoon C’est Pas Drôle d’Être un Oiseau, primé lui aussi à Hollywood en 1970. Les films si particuliers des studios Disney mêlant animation et prises de vue réelles telles que Mary Poppins (1964) ou L’Apprentie Sorcière (1971) s’ajouteront à sa carrière d’animateur. Animateur, cinéaste, superviseur d’animation, il fut également un fin mélomane et musicien. Il fut d’ailleurs le tromboniste d’un groupe de swing, le Firehouse Five Plus Two. Mais l’un de ses grands passe-temps mythique reste sans nul doute sa passion pour le chemin de fer, activité qu’il partageait avec Walt Disney. Rénover des motrices, superviser la construction du Disneyland Railroad à Disneyland, collectionner des modèles réduits : voici un aperçu de son hobby favori.

Kimball poursuivra une carrière exemplaire jusqu’en 1973 au sein de la maison de Mickey. “Il avait l’âme d’un artiste et un sens inné de l’humour qui se voyait dans son travail, ses passe-temps et son regard sur la vie. C’était vraiment un être à part” (Leonard Martin, critique et scénariste pour Disney).

Laisser un commentaire