L’enfance chaotique de Walt Disney à l’origine de la réussite ?

Depuis 1938 et la sortie du dessin animé «Blanche Neige», jusqu’au « Retour de Mary Poppins » en 2018, les films et dessins-animés Disney tournent souvent autour de la famille. C’est un sujet voire même le sujet central de nombre des œuvres de la collection Walt Disney – Pixar.

Attention vous ne regarderez plus les classiques des studios Disney de la même manière !

Si le thème de la famille est traité sous des formes diverses (des orphelins, des familles unies, la disparition des parents, la famille super héros, etc…) ce n’est pas le fruit du hasard. C’est la petite enfance du jeune Walter Disney qui explique cette récurrence dans son œuvre.
Walt Disney a connu une enfance difficile au sein de sa famille. Son père, Elias Disney, était un homme violent. Ainsi, le jeune Walter a grandi sous les coups de son père. Ses frères ainés ont tour à tour quitté la maison familiale dès qu’ils ont pu.
C’est dans cette famille éclatée et désunie que le rêve d’une famille idéale prend forme dans l’imaginaire de celui qui quelques années plus tard révolutionnera à jamais le cinéma. Le chaos de cette famille est certainement ce qui a fait le succès de Walter Disney.
Je vous propose de revisiter les classiques vus depuis l’intérieur du cerveau de Walter Disney himself !

Blanche Neige ou les difficultés de la famille recomposée

Tout commence en 1938. Adaptation de Disney du fameux compte des frères Grimm. Le choix de ce compte illustre parfaitement l’obsession de Disney pour la famille et le désordre familial. Ce dessin animé raconte l’histoire de la belle Blanche Neige dont la mère meurt pendant l’accouchement et dont le père se remarie avec une femme aussi belle que méchante (la première bimbo de l’histoire ?). Cette marâtre jalouse de sa belle-fille finit par la mettre à la porte et engage un Tchétchène pour lui régler son cas. On connait la suite…
Il ne s’agit en fait que d’une banale histoire de ce que l’on appelle aujourd’hui une famille recomposée.
En réalité, si Walt Disney a choisi cette histoire, c’est parce qu’elle se rapporte à son obsession du bonheur familial inatteignable. Mettre en scène un conflit de famille est rassurant pour Walter. Il n’a pas connu le bonheur au sein de sa famille, et voir que dans les autres familles ce n’est pas le cas non-plus l’apaise.

Pinocchio et l’enfance avec un père qui n’est pas à la hauteur

Dans ce dessin animé adapté de l’histoire de l’écrivain Italien Carlo Collodi, Walt Disney détourne légèrement l’histoire originelle en appuyant sur un point précis : l’incapacité de Geppetto (qui incarne la figure du père) à protéger son propre enfant. Ici Geppetto est représenté comme un monsieur dont l’âge avancé ne lui donne plus la force de protéger Pinocchio (qui représente l’enfant).
Ce dessin animé est une forme de reproche fait à son père. Par cette interprétation du compte, Walt Disney exprime directement comme il a été difficile pour lui de se construire avec un père défaillant. Il également fait transparaitre le sentiment d’insécurité qu’il a lui-même vécu.

La belle au bois dormant ou la famille unie jusqu’au bout

La belle au bois dormant est un conte très ancien. Réécrit par plusieurs auteurs au fil des siècles, c’est dans les versions de Perrault et des frères Grimm que Walt Disney va piocher son inspiration.
L’histoire est celle de l’enfant du Roi et de la Reine, à qui une méchante fée jette un sort au cours de son baptême : à l’âge de ses quinze ou seize ans, la princesse se piquera le doigt sur le fuseau et en mourra.
Dans sa version, Walt Disney se concentre sur l’ensemble des moyens que la famille de cette petite fille, va mettre en place pour la protéger. Par exemple le roi fait immédiatement interdire de filer au fuseau ou d’avoir un fuseau sous peine de mort.
Une nouvelle fois Disney traite de la sécurité du cocon familiale. Il idéalise les parents protecteurs, mais aussi l’unité de la famille au sens large avec les « marraines fées ».
La souffrance morale de ne pas avoir eu lui-même un père protecteur l’a une nouvelle fois largement influencé dans sa création.
On retrouve d’ailleurs cette notion très forte dans les 101 Dalmatiens qui au travers d’animaux traite également de la protection de l’enfant par les parents, ou encore dans Merlin l’enchanteur ou un enfant trouve cette protection au près d’une figure paternelle dans le personnage de Merlin.

Marry Poppins ou l’histoire d’une famille explosée

Marry Poppins c’est l’histoire d’une famille dont le père est trop strict, la mère pas assez présente, et bien sûr d’enfants qui n’en font qu’à leur tête. La nounou en poste qui perd une nouvelle fois les enfants est licenciée par le père. S’en suit le plus fantastique des recrutements de Nounous. A l’heure où les sites internet comme nounouland.com utilisent l’intelligence artificielle pour trouver des nounous, cela peut nous paraitre étrange. Mais en 1910 il lui suffit de déchirer une annonce écrite par des enfants et la jeter dans le feu de cheminée pour que Marry Poppins la reçoive.
Sortie en 1964 Marry Poppins sera la dernière œuvre de Walt Disney qui s’éteindra en 1966. C’est également le film dans lequel il s’investira le plus. Le film connaitra un succès énorme notamment grâce à sa technique d’incrustation de personnages animés au milieu de vrais acteurs.
Mais une nouvelle fois c’est dans l’histoire qu’on reconnait la patte de Walt Disney. Bien qu’âgé de 63 ans à la sortie du film, les tourments de sa tendre jeunesse sont encore très présents, puisqu’au final c’est Marry Poppins qui va remettre chacun des membres de la famille à sa place, et les aider à retrouver un fonctionnement familiale fait d’amour, unicité et de sérénité.

L’après Walt Disney

Après la mort de Walt Disney en 1966, l’entreprise Disney continue à produire des films et des dessins animés avec comme thème la famille. C’est cette touche qui a participé à l’immense succès de l’entreprise à travers le monde entier. Mais l’absence de Monsieur Walt Disney se fait sentir. Les histoires n’ont plus la même profondeur psychologique.

Les studios Walt Disney continuent de produire des films ou des dessins-animées relatant l’histoire d’enfants en difficulté, mais la souffrance des personnages y est beaucoup moins détaillée. L’entreprise Disney se contentant d’appliquer la recette à succès de l’enfant sauvé :
Le livre de la jungle : un orphelin sauvé par un Ours
Peter et Elliot le Dragon : un orphelin maltraité sauvé par un dragon
Bernard et Bianca : Un enfant sauvé par des souris.
Le roi Lion : un enfant Lion sauvé par un suricate et un phacochère
Monstre et compagnie : un enfant sauvé par des monstres
Némo : un enfant poisson-clown sauvé par d’autres poissons
Frère des ours : une enfant ourse sauvée par un humain devenu ours
Et les exemples sont encore nombreux !

Laisser un commentaire

nec mi, nunc Praesent luctus sem, pulvinar